Une reprise qui se fait attendre dans les matières premières agricoles

Valérie Noël

Une reprise qui se fait attendre dans les matières premières agricoles
Les graines oléagineuses suscitent un intérêt au niveau mondial. - © Jean-Charles Gutner

Les cours des matières premières commencent à remonter la pente, mais la reprise reste fragile. Voilà en substance ce que l'on pourrait retenir de l'édition 2017 de Cyclope, ouvrage publié en mai et dirigé par Philippe Chalmin, professeur d'économie à l'université Paris Dauphine. « Les marchés des matières premières se trouvent dans une nouvelle partie de leur cycle traditionnel : une longue période de prix plutôt déprimés, mais dont le quotidien est émaillé de surprises et de rebondissements, à l'image en 2016 d'abord du sucre, puis du charbon, du beurre ou du zinc », expliquent les auteurs. Dans ce paysage, les matières premières agricoles produites sous latitudes tempérées, telles les céréales, le maïs, le sucre ou même le soja, font encore grise mine. D'après Cyclope, ces marchés devraient rester orientés à la baisse pour 2017. En blé, par exemple, les stocks de report de la Russie et de l'Australie vont demeurer élevés, malgré une très bonne campagne à l'exportation. Et comme le souligne l'ouvrage, « le fait qu'aux États-Unis, les surfaces de blé d'hiver soient les plus faibles depuis 1909 ne perturbe guère les esprits ».

Une demande en soja qui ne se traduit pas en tendance dans les cours

Les oléoprotéagineux se sont, pour leur part, retrouvés en 2016 au centre de différents enjeux diplomatiques. Des tensions sont ainsi réapparues entre l'Union européenne et l'Argentine concernant le biodiesel, tandis que Canada et Chine se brouillaient quant aux conditions d'importation du canola. Si ces désaccords témoignent de l'intérêt qui existe au niveau mondial pour les oléoprotéagineux, notamment pour le soja que la Chine continue d'importer massivement, les cours ne se sont pas pour autant ressaisis. Graine, tourteau ou huile, le marché du soja demeurerait orienté à la baisse en 2017 selon les auteurs de Cyclope. Pour ces derniers, les choix que vont faire les leaders des États-Unis et de la Chine, Donald trump et Xi Jinping, seront déterminants pour le commerce des matières premières. « Vent d'est, vent d'ouest » : ainsi est titrée l'édition 2017 de Cyclope, qui ne tranche pas.

Source Réussir Grandes Cultures

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

DIGUE3942

ça correspond à la volonté de la mafia outre atlantique qui fait la pluie et le beau-temps....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier