[Vidéo] Orge : un marché à l’équilibre fragile

[Vidéo] Orge : un marché à l’équilibre fragile

Le marché global de l’orge est un marché à l’équilibre fragile car après plusieurs années de hausse, la production d’orge est en baisse depuis 2013. La récolte 2014/2015 a atteint 141 millions de tonnes.

 

La production d’orge est très concentrée puisque 6 pays assurent, à eux seuls, 75% de la production mondiale. En tête, l’Union européenne avec une production de 60 millions de tonnes, suivie par la Russie et l’Ukraine. Ces 10 dernières années, les surfaces ont diminuées (-6Mha). A l’inverse, la consommation a augmenté de façon régulière pour atteindre 142 Mt sur la campagne actuelle. Le bilan mondial d’orge apparaît donc de plus en plus fragile : sur les 5 dernières années, la production est légèrement inférieure à la consommation 4 années sur 5.

Les principaux pays importateurs d’orge sont : la Chine, qui représente 27% des importations, en forte augmentation avec 6 Mt en 2014 alors que les importations étaient de 1.6 Mt en 2010 ; l’Arabie Saoudite avec 29% des importations, en baisse depuis 2013, privilégiant de plus en plus le blé fourrager et le maïs, pour leur unités de fabrication d’alimentation animale.

Comment se forme le prix de l’orge ?

La qualité brassicole fait l’objet d’une prime par rapport au prix de l’orge fourragère (utilisée surtout pour l’alimentation animale), elle même dépendante du prix du maïs dont le bilan est aujourd'hui particulièrement lourd. Sur la campagne en cours cette prime brassicole est autour de 26€ /t, en France. Cette prime était située à 55-85€/t pour la récolte 2011 (référence orge de printemps fob creil)

La France est leader européen en orge fourragère avec 6.9 Mt et en orge brassicole avec 4.7 Mt, sur la récolte 2014. Fait important : la France produit environ 20% de la production mondiale d’orge de qualité brassicole (provenant d’orge d’hiver et d’orge de printemps, spécificité française) et est aussi le 2ème exportateur mondial d’orge brassicole.

Ce savoir-faire français sur la production d’orge brassicole a également permis à la France d’être un des acteurs majeurs sur le marché du malt pour la production de bière. (en production comme à l’exportation)

Perspectives

Concernant la campagne 2015-2016, le marché mondial devrait être encore tendu, car les stocks de reports de la campagne en cours sont revus à la baisse et les prévisions en termes de consommation (alimentation animale et malteries) sont également toujours orientées à la hausse. Dans ce contexte le prix de l’orge a plutôt un potentiel de hausse pour l’orge fourragère comme pour l’orge brassicole.

Mais ceci reste à nuancer en fonction du niveau de production sur l’ensemble des bassins de production ; pour le moment l’évolution des cultures est favorable mais tout va se jouer dans les prochaines semaines. Il suffit d’un aléa climatique pour impacter le niveau de production et donc la tendance des prix (Weather Market). Il faut aussi prendre en compte le bilan mondial pour le maïs, qui s’annonce encore « lourd » selon les prévisions, et donc un potentiel de prix plutôt égal à celui de la campagne en cours, voire en baisse.

 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier