2ème chronique (oct.-10) : La récolte des grains, une histoire faite de rebondissements…

BTS GDEA du Lycée de SOMME-SUIPPE

La première véritable moissonneuse-batteuse automotrice fut construite par Massey-Harris en 1938. Depuis cette date, les machines conventionnelles utilisent toujours le même principe de fonctionnement. Or, la séparation (secoueurs) et dans une moindre mesure le battage, sont les points faibles de ces machines en terme de performances. Les constructeurs ont donc porté leurs efforts sur ces points faibles, soit en améliorant le concept de base, soit en développant de nouveaux concepts.

Au fil du temps, certaines solutions ont été abandonnées, d'autres au contraire ont été perfectionnées. L'évolution des matériels de récolte des grains, pleine de rebondissements, a suivi 4 directions :
- amélioration de la moissonneuse-batteuse conventionnelle
- battage axial
- séparation forcée
- machines hybrides.
Dès 1972, New Holland ajoute un rotor supplémentaire (séparateur rotatif) derrière le tire-paille. Cette évolution sera suivie et développée par d'autres constructeurs et aujourd'hui certains proposent un ensemble de battage constitué de 4 rotors (ex : New Holland et John Deere).
L'amélioration des performances des secoueurs est beaucoup plus difficile à obtenir car, outre leur surface limitée (encombrement de la machine), l'efficacité de la séparation du grain de la paille par gravité est faible et ce n'est pas l'adjonction d'un rotor à doigts sensé améliorer le brassage qui règle le problème. La solution passe alors par la suppression des secoueurs.

Les années 70 voient le développement du concept de battage axial avec une première commercialisation par Case IH en 1977. Les organes de battage et de séparation sont remplacés par un rotor unique ce qui a pour conséquence de simplifier la cinématique de la machine et de la rendre compacte.
Les années 80 voient le développement de la séparation forcée. Le battage conventionnel est conservé, les secoueurs sont remplacés par une série de rotors (Claas Commandor 1981, New Holland TF 1983). Ce concept est aujourd'hui abandonné.
Les années 90 voient le développement de machines hybrides avec John Deere (CTS), puis Claas (Lexion 480). Comme pour la séparation forcée, on conserve un battage conventionnel, les secoueurs sont remplacés par deux rotors longitudinaux.
Aujourd'hui, les deux concepts (machines axiales et hybrides) cohabitent et progressent d'années en années par rapport aux machines conventionnelles (35% du marché en 2010).
Dans notre prochaine chronique, nous aborderons le battage axial…

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires