4ème chronique (décembre 2011) : Conditionner les fourrages pour limiter l’impact de la météo.

Lycée professionnel Somme-Suippe

Le conditionnement est un traitement mécanique du fourrage consistant à rompre l’épiderme, l’écorce et les canaux des tiges sans détériorer les feuilles et les inflorescences dans le but d’accélérer l’évaporation de l’eau. En effet, le fourrage sur pied referme 80 à 85% d’eau, ce qui revient à éliminer 2 à 3 T d’eau pour obtenir un foin de qualité (15 à 20% d’eau).

Le conditionnement est un traitement mécanique du fourrage consistant à rompre l’épiderme, l’écorce et les canaux des tiges sans détériorer les feuilles et les inflorescences dans le but d’accélérer l’évaporation de l’eau. En effet, le fourrage sur pied referme 80 à 85% d’eau, ce qui revient à éliminer 2 à 3 T d’eau pour obtenir un foin de qualité (15 à 20% d’eau).

Le conditionnement diminue donc le temps de séchage (on peut gagner presque 36 heures), améliore la valeur nutritive du fourrage en limitant les pertes en vitamines, en minéraux et en favorisant la remontée des sucres autour de la tige (meilleure appétence)

Les premiers conditionneurs apparaissent aux USA en 1955 et sont constitués de deux rouleaux lisses en fonte entre lesquels le fourrage est littéralement écrasé d’où le nom d’éclateurs. Par la suite, ils sont remplacés par des rouleaux crénelés moins agressifs,  puis apparaissent les conditionneurs à doigts et à fléaux.

 

Le conditionneur à rouleaux est constitué de deux rouleaux crénelés (nervures radiales, hélicoïdales ou en chevrons, barrettes) entre lesquels passent le fourrage (vitesse périphérique des rouleaux comprise entre 25 et 30 km/h). Ce montage convient bien aux légumineuses car il n’est pas très agressif vis à vis des feuilles.

 

Le conditionneur à doigts est constitué d’un rotor horizontal sur lequel est fixé rigidement 30 à 40 doigts (en acier ou en plastique) par mètre de largeur, ce qui correspond à 40 000 impacts par minute.  Il convient bien aux graminées car il lacère les tiges dans le sens de la longueur ce qui déchire la cuticule (enveloppe de cire entourant les tiges). En cas d’utilisation avec des légumineuses, on  peut diminuer la vitesse du rotor d’environ 30% afin de limiter les pertes en feuilles (ex : graminées 900 tr/min, légumineuses 600 tr/min).

 

Les conditionneurs à fléaux présentent la même configuration et le même fonctionnement que les conditionneurs à doigts. La différence est le mode de fixation du fléau qui est monté libre sur un axe et qui peut donc s’effacer en cas de choc.

Les constructeurs continuent à faire évoluer les faucheuses conditionneuse andaineuses comme nous le verrons dans la prochaine rubrique…

Article rédigé par les

BTS Génie Des Equipements Agricoles du LYCEE Professionnel et Technologique

1 Ruelle du pensionnat

51600 SOMME-SUIPPE

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires