5ème chronique (janv.11) : Vers une table de coupe polyvalente et automatisée !

BTS GDEA DU LYCEE DE SOMME-SUIPPE

Pour qu'une moissonneuse batteuse soit performante, il est indispensable que la table de coupe, encore appelée plate forme de coupe soit parfaitement adaptée au produit à récolter afin de permettre une alimentation régulière de celle-ci.

La table de coupe est toujours constituée des mêmes éléments de base : tablier de coupe, barre de coupe, tambour d'alimentation, diviseurs et rabatteur, mais ces performances ont été considérablement améliorées. Cette évolution s'est faite dans deux directions :
-une amélioration des organes de base
-une généralisation des automatismes.

A l'origine, on avait deux types de tables de coupe :
-la table de coupe « américaine » pour laquelle la distance entre la barre de coupe et l'avant des spires du tambour d'alimentation est d'environ 150 à 200mm.
-la table de coupe « européenne » pour laquelle cette même distance est d'environ 400 à 500mm.
La table « américaine » est adaptée aux récoltes courtes (ex : soja, pois,…) alors que la table « européenne » est adaptée aux récoltes longues (ex : céréales, colza,…).
S'inspirant des ces deux types de tables, les constructeurs proposent aujourd'hui des tables de coupe extensibles (tablier télescopique) à commandes hydrauliques pour les rendre polyvalentes. Ainsi, la distance entre la barre de coupe et l'avant des spires de la vis sans fin peut varier de plusieurs dizaines de centimètres.
Le diamètre du tambour d'alimentation (deux demies vis sans fin) et la hauteur des spires ont augmenté et on trouve des doigts rétractables sur toute sa largeur.
La dernière évolution notable concerne la barre de coupe. On conserve le principe de fauche à doigts et sections des faucheuses à lame alternative. Cependant, cette barre de coupe classique à été remplacée par la barre de coupe « Schumacher » qui se distingue de la précédente par les points suivants :
-les doigts sont montés par paires et fermés
-les sections sont montées alternativement sur et sous faucillées et elles sont ajourées (diminution du poids)
-la cadence de la lame a été augmentée de 1000 à 1300 coups par minute soit 500 à 650 cycles par minute.
Ces différentes modifications assurent un meilleur guidage de la lame, une moindre usure et une coupe précise.

Les automatismes ont été progressivement installés pour améliorer le confort de conduite puis sont devenus indispensables en raison de l'augmentation de la largeur de coupe (jusqu'à 10m).
Citons les principaux automatismes :
-contrôle automatique de la hauteur de coupe et de la pression au sol
-suivi du terrain grâce à une articulation entre la table de coupe et le convoyeur
-vitesse des rabatteurs proportionnelle à la vitesse d'avancement
-guidage automatique par capteur optique (ex : laser pilote CLAAS) ou par GPS.

Nous aborderons dans notre prochaine chronique les évolutions du caisson de nettoyage…

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier