Adieu hectares, heures et km avec ConnectAgri

Raphaël Lecocq

ConnectAgri supprime les carnets de bord en automatisant la capture d’informations et leur centralisation, au service du traçage et de la mutualisation du matériel.
ConnectAgri

Pour en finir avec les carnets de bord, des balises embarquées sur automoteurs et/ou sur les matériels attelés enregistrent automatiquement les chantiers, indépendamment de la marque et de l’âge du matériel. Tout est centralisé sur la plateforme ConnectAgri.fr. La mécanisation partagée n’a jamais été aussi simple.

Le lancement de ConnectAgri est programmé pour début décembre

« L’idée m’est venue il y a un peu plus d’un an. J’étais en train de faire les décomptes d’utilisation des matériels de la Cuma. Une véritable sinécure. Comment, à l’époque de l’internet mobile et des nouvelles technologies, il n’était pas possible d’automatiser toutes ces procédures, sans faille et sans délais ? ». Cette question, c’est Antoine Dequidt, agriculteur dans le Pas-de-Calais, qui se la pose. La réponse, c’est le même Antoine Dequidt qui la formule, mais cette fois avec sa casquette de co-fondateur de ConnectAgri, aux côtés d’Alexandre Cuvelier. « Nous avons mis au point une balise connectée par l’entreprise d’une carte Sim, alimentée par une prise 12 V allume-cigare sinon une prise USB. Ses capteurs sont capables de comptabiliser au choix les ha, les heures ou encore les kilomètres parcourus par les automoteurs et autres ensembles tracteur-outil».

Tous matériels, toutes marques, tous âges

Pour qui partage un tracteur ou un automoteur (pulvérisateur, moissonneuse-batteuse…), une balise branchée sur l’allume-cigare suffit pour déclencher l’enregistrement automatique du chantier, avec transfert simultané des données sur la plateforme web associée ConnectAgri.fr. Quand on a dit cela, on comprend que le système est indépendant de la marque comme de l’âge du matériel car le système, qui repose sur une cartographie du chantier, n’a pas besoin de se connecter à l’électronique embarquée présente (ou pas) ! Et pour qui partage une remorque ou un pulvérisateur, autrement dit un outil attelé dépourvu de prise 12 V, ConnectAgri propose une balise aimantée intégrant sa propre batterie. Une troisième solution est proposée par la start-up. « Pour éviter de multiplier les balises sur les matériels attelés, nous proposons un système de tag sans fil apposé sur le matériel attelé et qui permet au tracteur équipé d’une balise ConnectAgri de le reconnaître automatiquement, et d’enregistrer les paramètres de chantier pour le tracteur comme pour l’outil ».

Antoine Dequidt (à gauche) et Alexandre Cuvelier, les deux fondateurs de ConnectAgri, start-up hébergée par le Village by CA Nord de France

Le carnet de bord, mais pas seulement

Sur la plate-forme ConnectAgri.fr, après identification, chaque utilisateur peut visualiser l’usage de chaque automoteur et/ou de chaque matériel attelé, le tout sur une période choisie. La plateforme a deux autres vertus. Elle permet de géolocaliser en temps réel un matériel au service de l’organisation de chantier (vidange de bennes, succession de parcelles…). « La plate-forme est par ailleurs un outil d’aide à la gestion d’exploitation », explique Antoine Dequidt. « En renseignant les cultures en place, on intègre les temps de chantier espèce par espèce, ce qui permet d’évaluer la marge nette ». Bien entendu, seules les données liées aux machines sont accessibles à l’ensemble des utilisateurs, ce qui permet au passage de vérifier que chacun a bien activé la balise à l’entame d’un chantier. Sans équivalent sur la marché, la plateforme devrait être opérationnelle début décembre. La start-up dévoilera alors sa grille tarifaire qui comprendra l’achat des balises et deux abonnements : l’un lié à la carte Sim et l’autre indexé au nombre d’utilisateurs de la plate-forme. « Cela fait plus d’un an que je sonde la pertinence de ConnectAgri auprès de nombreux collègues agriculteurs », explique l’agriculteur-fondateur. « Le système séduit par sa simplicité de mise en œuvre et par les gages de transparence qu’il offre sur l’usage des matériels. Je suis convaincu que ConnectAgri est de nature à donner un coup d’accélérateur à la mutualisation du matériel, pour le plus grand bénéfice de tous ».

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires