Agritechnica 2011 : l’électricité, la nouvelle source d’énergie des tracteurs

Raphaël Lecocq

Le constructeur suisse Rigitrac présente un tracteur à roues indépendantes animées chacune par un moteur électrique
Rigitrac

La traction mécanique et l’énergie hydraulique assurent aujourd’hui l’animation de tous les outils s’attelant à un tracteur. L’énergie électrique s’invite de plus en plus à bord des machines, non sans arguments.

Les moteurs électriques sont omniprésents dans notre vie quotidienne. Ce n’est pas un hasard. Leur taille et leur puissance peuvent être ajustées strictement au besoin requis par la fonction. Ils sont dotés d’un rendement énergétique excellent, bien supérieur à celui des moteurs thermiques.  Ils ne nécessitent aucun entretien et leur remplacement est très rapide. Enfin, ils ont l’avantage de développer leur pleine puissance en une fraction de seconde, avant de la maintenir à un niveau constant sans sourciller. Au Sima 2009, New Holland avait fait sensation en présentant le NH2, une réplique du T6000, à ceci près que le moteur à combustion cédait sa place à des piles à combustible, transformant l’hydrogène en électricité, électricité assurant l’animation du tracteur, de ses composants et de ses outils, avec une puissance affichée de 136 ch. Ce projet toujours en cours de développement au sein d’une ferme expérimentale à énergie positive en Italie  représente la solution la plus paroxystique du recours à l’électricité. Les solutions en cours de développement chez d’autres constructeurs n’abandonnent pas l’énergie fossile et le moteur thermique, qui animent le ou les moteurs électriques embarqués.

Karlheinz Köller, professeur à l’université d’Hohenheim en Allemagne, membre de la DLG

Standardisation de l’interface

L’absence de standard freinait jusqu’à présent le développement de cette technologie, un obstacle désormais levé. Les explications de Karlheinz Köller, professeur à l’université d’Hohenheim en Allemagne, membre de la DLG, organisatrice d’Agritechnica. « L’arrivée des matériels à commandes électriques nécessite une interface adaptée entre le tracteur et l'outil pour la transmission d'une force motrice électrique élevée. Les constructeurs de tracteurs et de matériels se sont accordés pour développer une interface standardisée à haut voltage, soit 150 kW. A l’image de ce que l’on a connu en mécanique, en hydraulique et tout dernièrement en électronique avec l’Isobus, la compatibilité entre tous les matériels est garantie. Chaque constructeur peut alors s'appuyer sur cette solide base pour développer ses propres produits répondant de façon optimale aux attentes des clients. A l’occasion d'Agritechnica 2011, plusieurs matériels « high voltage » seront exposés, dont un tracteur à quatre roues motrices. Il est muni d'un entraînement électrique individuel de chaque roue, d'une suspension de roue hydropneumatique et possède deux interfaces électriques pouvant alimenter différents matériels attelés ».

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier