Arrachage des betteraves : Sucre, machines et vidéo

Raphaël Lecocq

L'Institut technique de la betterave (ITB) va suivre quatre machines durant deux ans. Six indicateurs alimenteront un outil d'aide à la décision, visant à optimiser la productivité des chantiers de récolte. Une première.

Le sucre, c'est de l'énergie, au sens nutritionnel. Mais avant d'être source d'énergie, le sucre est d'abord consommateur d'énergie. Dans le cycle d'élaboration du sucre, l'arrachage des betteraves occupe une place particulière au plan énergétique, en mettant en oeuvre des matériels toujours plus puissants et imposants, repoussant les limites d'intervention, en réussissant le tour de force de minimiser la tare terre. Cette performance méritait assurément d'être jaugée au plan énergétique, d'autant plus que l'arrachage des betteraves met en oeuvre différents concepts de machines et par voie de conséquence, différents modèles d'organisation de chantier, aux prises avec des conditions météorologiques parfois extrêmes.

Outil d'aide à la décision

L'ITB va ausculter et disséquer le comportement de quatre machines différentes, représentatives des chantiers de récolte. La Fédération nationale des EDT et la Fncuma sont du reste en train de réactualiser l'inventaire du parc de machines en service en France, ce qui guidera l'ITB dans ses choix. Les essais seront réalisés au cours des campagnes 2011 et 2012. Le tout garantira une certaine exhaustivité (machines, conditions de récolte, type de conduite…). L'expérimentation est particulièrement lourde puisqu'elle intègre, au-delà des paramètres classiques enregistrés automatiquement à haute fréquence (puissance, régime, consommation etc.), l'analyse du comportement du chauffeur, par le biais d'une caméra embarquée. Au total, six classes d'indicateurs seront alimentées : machine, opérateur, conditions de récolte, impact environnemental, économie. L'objectif final est d'aboutir à la mise au point d'un outil d'aide à la décision, utile aux utilisateurs comme aux constructeurs. Conduit sous l'égide de l'ITB, le projet associe le Cemagref, la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires et la Fédération nationale des Cuma.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires