Atelier lait : La mécanisation pèse un quart du coût de production

Annick Conté

Une enquête réalisée auprès de 448 élevages des réseaux bovins lait de l'Institut de l'élevage et des chambres d'agriculture souligne l'importance des charges de mécanisation en élevage laitier.

Le coût de mécanisation de l'atelier laitier varie plus que du simple au double d'une exploitation à l'autre pour un système et un niveau d'intensification donnés. Ceci quel que soit le système et le niveau d'intensification retenus. Il pèse lourd dans le coût de production (hors rémunération du travail et du capital), en moyenne 84 euros par 1000 litres, soit 25 %. C'est ce que montre une enquête réalisée auprès de 448 élevages suivis dans le cadre des réseaux d'élevage bovins lait.

Un tracteur sur trois

L'analyse a été faite en distinguant quatre familles de systèmes : lait et cultures, lait et viande, lait spécialisé de plaine, lait spécialisé de montagne/piémonts. Dans chaque système, les exploitations ont été réparties en deux groupes, un groupe « méca faible » et un groupe « méca élevé ». Entre les deux groupes, les charges de mécanisation varient de 63 €/1000 litres à 105 €/1000 litres tout système confondus. À eux seuls, les amortissements expliquent suivant les systèmes 44 à 77 % de l'écart. À noter que les motivations fiscales sont peu citées dans le renouvellement du matériel, sauf pour les tracteurs : dans près d'un cas sur trois le tracteur de tête est changé pour des raisons fiscales ! Ce sont surtout les aspects travail et usure qui incitent les éleveurs à l'achat, et aussi l'innovation pour le matériel de distribution (pour un quart des éleveurs).

Comment expliquer les écarts entre exploitations de dimensions comparables ? Quel que soit le type de système, trois éléments principaux différencient les groupes « méca faible » et « méca élevée ». Le premier est un équipement récent et important dans les élevages du groupe « méca élevé ». « Un certain nombre d'exploitations ont investi récemment dans du matériel d'élevage (alimentation, traite) qui prend de plus en plus d'importance dans le poste mécanisation, en partie à cause de l'agrandissement des exploitations, souligne Benoît Rubin, de l'Institut de l'élevage, réseau Poitou-Charentes. On constate par exemple que, selon les systèmes, 30 à 40 % des élevages « méca élevé » sont équipés de télescopiques ».

Davantage de matériel d'élevage

Le deuxième facteur expliquant des charges élevées, paradoxalement, est un recours plus important aux travaux par tiers. « En fait, ceux qui délèguent le plus le font avant tout pour résoudre un problème de main-d'oeuvre, constate Benoît Rubin, pour qui la délégation garde malgré tout son sens. Dans le groupe des spécialisés de plaine, le groupe « méca élevé » délègue une partie des travaux des champs, investissant davantage sur d'autres types de matériel, mais n'a pas moins de tracteurs. »
Le troisième facteur explicatif est un effet dilution : les plus grandes structures répartissent leurs charges sur des volumes de lait plus importants. On retrouve cet effet en montagne où le litrage est plus faible, avec des charges sensiblement plus élevées qu'en plaine. À l'inverse, les systèmes lait et culture ont les coûts de mécanisation les plus faibles.
Enfin, certaines exploitations peuvent aussi avoir des contraintes particulières (comme un parcellaire éclaté) entraînant des surcoûts inévitables en matière de mécanisation.

 

La méthode

Le coût de mécanisation de l'atelier lait se décompose en :
. travaux par tiers ;
. carburants lubrifiants ;
. entretien matériel ;
. achat petit matériel ;
. amortissements matériel.
Les charges communes à plusieurs ateliers ont été ventilées selon les clés de répartition proposées dans la méthode nationale de calcul du coût de production de l'atelier bovin lait. Il s'agit de données 2007 (exercice clôturés au plus tard au 31 mars 2008).

Source Réussir Lait Elevage Décembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires