Déchaumage du maïs fourrage : Les dents s'appuient sur leur polyvalence

Ludovic Vimond

Les chantiers d'ensilage sont souvent suivis de problèmes d'ornières et de compaction. Le déchaumeur assure alors plus que sa fonction initiale.

A peine les chantiers d'ensilage de maïs terminés, les remorques et bennes sont dételées pour être remplacées par un outil de déchaumage. Suivant les conditions de récolte et les besoins de l'agriculteur, le déchaumage peut se résumer à un travail superficiel. Il peut s'accompagner d'un travail profond dans le but de niveler le sol pour supprimer les ornières, de décompacter et/ou de casser la semelle de labour générée au printemps précédent. À cela s'ajoute la nouvelle directive nitrates qui impose, en zones vulnérables, l'obligation d'ensemencer le sol pendant l'hiver. En monoculture de maïs, cela implique la mise en place de cultures intermédiaires.
Pour faire face à ces besoins, les outils à dents restent les plus polyvalents. Pour un déchaumage superficiel, on les dotera de dents en pattes d'oie, afin de travailler sur toute la largeur. Pour un travail profond de décompaction, de simples socs fins suffiront. Les constructeurs proposent de plus en plus d'appareils à trois rangées de dents et plus. Proposant un meilleur nivellement, ils se révèlent plus gourmands en puissance que les modèles à deux rangées, lorsqu'il faut travailler en profondeur. Plus économiques, ces derniers sont également moins lourds et suffisent bien souvent pour mélanger les chaumes derrière un maïs ensilage. On n'oubliera pas de les doter d'un dispositif de nivellement et d'un rouleau pour le rappui et le contrôle de la profondeur.

Economiques, les appareils à deux rangées de dents jouent la carte de la polyvalence en permettant de travailler en superficie pour déchaumer et en profondeur pour décompacter . (L. Vimond)

Economiques, les appareils à deux rangées de dents jouent la carte de la polyvalence en permettant de travailler en superficie pour déchaumer et en profondeur pour décompacter . (L. Vimond)

Les disques peuvent suffire

Dans des conditions sèches ou des sols légers, les outils à disques suffisent, lorsque la récolte ne génère pas ou peu d'ornières. Ils procurent un déchaumage efficace et ne nécessitent pas de nivellement. On peut distinguer les pulvériseurs et les cover-crops des déchaumeurs à disques indépendants. Sur sols caillouteux, ces derniers assurent un travail plus efficace que les premiers, mais ils pêchent par leur prix. Néanmoins, pour accroître leur polyvalence, certains agriculteurs les combinent à un décompacteur ou un ameublisseur, de manière à fissurer le sol en profondeur tout en déchaumant en superficie.

Des appareils de semis peu coûteux pour implanter les cipan au déchaumage

Avec le développement exponentiel des cultures intermédiaires pièges à nitrates (Cipan), les déchaumeurs se voient équipés de systèmes d'implantation de graines. En effet, pour mettre en place les Cipan, il n'est pas utile d'intervenir avec des appareils de semis coûteux. Plusieurs constructeurs proposent des semoirs pour Cipan simples et économiques, comme les appareils centrifuges à animation électrique ou hydraulique (de type Delimbe), ou des semoirs simples et légers à entraînement mécanique.

Source Réussir Lait Elevage Octobre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires