Des essieux à entraînement électrique pour Joskin

Raphaël Lecocq

Sur route, l’entraînement électrique des essieux peut contribuer à contenir la puissance et le poids du tracteur
Joskin

Le constructeur peut doter ses matériels de transport d’essieux de traction à entraînement électrique. Le système permet de compenser le défaut de motricité sur route et au champ en soulageant d’autant le tracteur.

Au champ, l’entraînement électrique des essieux favoriser la motricité

Le recours à des essieux moteurs sur des matériels de transport n’est pas nouveau. Selon Joskin, cette technique reposant sur des systèmes mécaniques ou hydrauliques était utilisée dans le passé pour compenser la faiblesse de puissance des tracteurs. Une lacune amplement corrigée depuis mais non sans quelques travers perceptibles au niveau du poids (avec ou sans lestage) et des mensurations des roues, de l’usure des pneumatiques ou encore de la consommation de carburant. Des travers que Joskin a tenté de compenser en allégeant au maximum le poids de ses matériels de transport. L’émergence de générateurs électriques à bord des tracteurs offre une troisième voie en matière d’animation d’outils, ce dont profite Joskin pour renouer avec des essieux de traction.

Schéma du système e-drive

Moteur électrique et cardans

La technique e-drive de Joskin est un système hybride. L'énergie électrique est produite par une génératrice alimentée soit par la prise de force frontale du tracteur, soit directement intégrée au bloc moteur du tracteur. Embarqué sur le matériel de transport, le moteur électrique, fourni par Schabmüller, transforme l’énergie électrique en énergie mécanique avec une puissance mécanique allant jusqu'à 120 kW avec un couple de 210 Nm (maximum 300 Nm). La boîte de transfert (Dintec) transmet l’énergie à des cardans entraînant les essieux (Man). Le train roulant se caractérise également par la présence d'un dispositif de différentiel, d'un télégonflage intégré ainsi que de freins au diamètre adapté. À partir de différents points de contrôle et de l'échange de données sur l’isobus entre le tracteur et la machine (vitesse d'avancement, charge à l'essieu, angle de braquage,...), le système gère automatiquement la puissance transmise au moteur électrique de la machine attelée. Dans le cas d'un véhicule triple essieu, ce sont les deux derniers axes qui apportent la motricité supplémentaire. Le premier essieu est relevable, ménageant ainsi le résistance au roulement et l’usure des pneus tout en favorisant le report de charges.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires