Energie bois : stop au dialogue de sourd ! : Vers des projets locaux cohérents.

Emilie Casatng

Alors que les uns ont peur de ne pas être approvisionnés, les autres craignent de ne pas avoir de débouchés… comment avancer dans ces conditions ?

Particuliers et collectivités sont conscients que la hausse des prix du fioul contribue largement à la diminution de leur pouvoir d'achat et qu'il est peu probable que la part du budget dépensée pour se chauffer diminue sauf si… on change de combustible.
Les propriétaires de bâtiments neufs, en rénovation ou dans lesquelles la chaudière est proche de rendre l'âme se questionnent sur l'intérêt de changer l'approvisionnement. Le gaz n'est pas facilement mobilisable et la ressource la moins chère reste le bois. Le bois bûche nécessite un approvisionnement manuel et beaucoup de travail alors que l'approvisionnement en plaquettes peut être automatisé et, en fonction de la capacité du silo de stockage, les plaquettes ne peuvent nécessiter qu'une livraison annuelle.
Une bonne semaine de travail suffit pour l'auto approvisionnement, cela ne représente pas plus de démarche que pour la bûche si ce n'est que la fendeuse est remplacée par une déchiqueteuse dont l'investissement peut se faire en CUMA (avec des aides conséquentes) pour limiter le coût de production de la plaquette, tout en ayant accès à un matériel performant réduisant considérablement la pénibilité du travail.
Alors, si vous avez un projet ou souhaitez des renseignements sur le bois énergie, n'hésitez pas à contacter les animateurs de la FDCUMA ; toute réflexion, toute idée peut être intéressante pour arriver à un projet local cohérent .

Source FDCUMA des Landes

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires