Energie et agriculture : 1,5 l/heure de gazole économisé grâce au diagnostic moteur

Raphaël Lecocq

Le nouveau banc d'essai moteur du Pôle agroéquipement Languedoc-Roussillon réalise ses premiers diagnostics. Les défauts constatés équivalent à une surconsommation de 803 litres de carburant par an et par tracteur.

3 l/h à pleine charge, soit 1,5 l/heure dans le cadre d'une utilisation moyenne : telle est l'économie de carburant pointée par les premiers passages de tracteurs au banc de puissance en service au printemps en Languedoc-Roussillon. Ramenée à une utilisation moyenne annuelle de 535 heures, la surconsommation en gazole équivaut à 803 litres par an. Sur 30 diagnostics réalisés, 58,3 % ont un débit supérieur à celui annoncé par le constructeur, 33 % ont un rendement moteur dégradé et ne valorisent pas correctement le carburant, 46,7 % ne développent pas le puissance annoncée. « Dans la plupart des cas, les réglages nécessaires, tels qu'un tarage des injecteurs ou un calage des soupapes, n'engendrent pas de grosse dépense, souligne Jordan Courtillon, animateur et opérateur du banc de puissance. Je conseille aux agriculteurs de réaliser un premier passage alors que le tracteur bénéficie encore de la garantie du constructeur. Un second passage peut s'envisager en fin de remboursement pour définir sa stratégie d'équipement ». Le passage au banc est facturé 120 €.

Plan de performance énergétique

Le Pôle agroéquipement Languedoc-Roussillon rassemble les Fédérations de Cuma, les Chambres d'agricultures, les Entrepreneurs des Territoires et de deux établissements scolaires de la Région. Avec l'aide du Conseil régional, le Pôle a investi 100 000 euros dans un banc de puissance mobile, afin de se conformer aux engagements du Plan de performance énergétique, décrété par le gouvernement en février 2009, et qui vise à doter chaque région d'un tel équipement. Les mesures réalisées par le banc permettent d'établir des courbes de puissance et de consommation, qui sont comparées aux courbes officielles du constructeur. L'examen des courbes permet de diagnostiquer des problèmes de suralimentation, de surpuissance, de débit et calage de pompe d'injection, d'injecteurs usés, de filtres colmatés etc.

Le banc de puissance du Pôle agroéquipement Languedoc-Roussillon devrait réaliser 300 diagnostics dès la première année

Le banc de puissance du Pôle agroéquipement Languedoc-Roussillon devrait réaliser 300 diagnostics dès la première année

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier