Equipement de pulvérisation : Des buses à toute épreuve

Gaëtan Coisel

La buse parfaite n'existe pas. Une multitude de critères (type de produit, conditions météorologiques…) contraint à utiliser plusieurs jeux de buses pour rester performant.

Avec l'accroissement du coût des produits phytosanitaires et les contraintes environnementales, il ne s'agit plus d'utiliser le même jeu de buses pour tous les traitements, quelle que soit la culture. Le choix des buses est crucial pour une efficacité maximale et des pertes minimales. Même si la traditionnelle buse à fente est de loin la plus performante, notamment en termes de micrométrie, elle est aussi la plus sensible aux aléas météorologiques. Les buses à injection d'air, dites antidérive, sont plus appropriées pour lutter contre ces phénomènes. Elles permettent, la plupart du temps, de diminuer la zone non traitée (ZNT) à cinq mètres. Actuellement, six familles de buses — équipées d'insert en résine, en polymère, en inox ou en céramique — sont couramment utilisées en grandes cultures.
Les buses doivent être certifiées ISO. Cette norme permet d'identifier leur débit par un calibre et une couleur, quelle que soit la marque. Choisir ses buses se résume alors à trouver le bon calibre (couleurs) qui fait correspondre le volume par hectare, la vitesse d'avancement et la pression. Or le type (ou la construction) de buse détermine la taille, le nombre et la répartition des gouttelettes.

Normalisation ISO toute en couleurs

Un outil d'aide à la décision est disponible sur le site Arvalis(1). Accessible à tous, cette interface permet de déterminer le calibre de la buse en fonction de la vitesse d'avancement, du volume de bouillie et du débit de la buse. Suivant le calibre, une pression à la buse est déterminée. Une indication supplémentaire renseigne sur la réduction de la ZNT, en fonction du type de buse.

Buses à fente. (Hardi-Evrard / H. de Brus)

Buses à fente. (Hardi-Evrard / H. de Brus)

 

Buse à fente, la classique

Simples, ces buses réalisent un jet plat dont l'angle est compris entre 80° et 110°, voire 120°. Il s'agit des performantes en termes de micrométrie. Une pression d'utilisation comprise entre 1,5 et 3 bars permet une formation de gouttelettes de taille optimale de 200 à 300 microns. Seules ces buses sont préconisées dans le cas de pulvérisation bas volume, le volume hectare minimal étant de 30 litres et de 400 litres au maximum. Les buses à fente obtiennent d'excellents résultats avec des produits de contact et de très bons résultats avec des systémiques (pression < 2 bars).

Buse à fente à injection d'air haute pression et jet pinceau.

Buse à fente à injection d'air haute pression et jet pinceau.

 

Buse à fente à injection d'air haute pression et jet pinceau, efficaces face à la dérive

Les buses à fente antidérive à injection d'air se distinguent des buses à fente classique par deux trous là où l'air est aspiré. La buse travaille sur deux niveaux. Le premier consiste à calibrer le débit en fonction de la pression. Dans le second, la chambre est en dépression à cause d'un effet Venturi qui crée une aspiration d'air. Mélangée à l'air, la bouillie est une seconde fois calibrée en sortie de buse. Il en sort un jet plat de grosses gouttes chargées de bulles d'air. La taille des gouttes les rend moins sensibles à la dérive, réduite de 50 à 90 %, et à l'évaporation. Au contact de la feuille, les gouttes éclatent et se répartissent sur toute la surface. Cependant le nombre d'impacts par rapport à une buse à fente classique est considérablement réduit. La taille des gouttes varie de 300 à 800 micromètres avec une pression de 4 à 7 bars. L'angle du jet est de 110-130° ; 150 à 400 litres d'eau par hectare sont nécessaires. Avec ce type de buse, il est préférable d'opter
pour des produits systémiques et d'éviter ceux de contact.

Buses à filets. (Nozal)

Buses à filets. (Nozal)

 

Buse à filets pour l'engrais

Les buses à filets sont réservées à l'application d'engrais liquides. Elles sont disponibles de 3 à 7 filets. Pour un premier apport, avec un système racinaire peu développé, une buse 5-7 trous assure une meilleure répartition. En revanche, pour les apports qui suivent, utilisez une buse 3 trous afin de limiter les risques de brûlures sur végétation. La hauteur de rampe doit être comprise entre 75 et 100 centimètres.

Buse à miroir. (L. Vimond)

Buse à miroir. (L. Vimond)

 

Buses miroir à injection d'air sous pression

La buse miroir, auparavant utilisée pour des applications en localisé, passe à l'injection d'air (système Venturi) et plus récemment à l'injection d'air sous pression. Dans ce dernier cas, les gouttelettes formées chargées de bulles d'air offrent une meilleure couverture de la cible et sont moins sensibles à la dérive (homologation pour les ZNT). Ce système, encore peu répandu en France, permet de réduire le volume à l'hectare sans risque de bouchage
et surtout de disposer d'un large spectre de volume sans changer de buse.
Le système assure un ajustement précis de la taille des gouttes grâce à une régulation automatique des pressions d'air et de liquide. Cette technique impose la circulation continue et une régulation DPAE avec gestion de la pression d'air en fonction de la vitesse. Un ou deux compresseurs pneumatiques sont nécessaires en fonction de la largeur de rampe.

Buse double fente à injection d'air. (Hypro)

Buse double fente à injection d'air. (Hypro)

 

Buse double fente à injection d'air, protection optimale de l'épi

Le principe de fonctionnement est le même que pour toutes les autres buses à injection d'air.
Deux jets constituent la buse : l'un à 30° vers l'avant et l'autre à 30° vers l'arrière. Ce type de buse s'utilise en traitements fongicides à la floraison pour une protection des deux côtés,et pour les cultures de pommes de terre ou d'oignons, pour une meilleure pénétration dans la végétation. La pression d'utilisation se situe entre 1,5 et 6 bars pour une formation de gouttelettes de taille moyenne chargées d'air permettant une fragmentation de la goutte au contact de la cible de 250 à 450 microns. En dessous de 3 bars, la dérive est réduite de 50 à 75 %.

Buse à fente à injection d'air basse pression et jet pinceau. (Nozal)

Buse à fente à injection d'air basse pression et jet pinceau. (Nozal)

 

Buse à fente à injection d'air basse pression et jet pinceau, le bon compromis

Apparue après les modèles haute pression, la buse à injection d'air basse pression fonctionne à des pressions inférieures (1,5 à 4 bars). Sa micrométrie se rapproche des performances des buses à fente classique. Elle varie de 300 à 500 microns. Le principe de fonctionnement est le même que celui d'une buse à injection d'air haute pression. La dérive quant à elle est réduite de 50 à 75 %. Néanmoins le nombre d'impacts est suffisant pour utiliser les produits de contact.

 

(1) http://www.arvalisinstitutduvegetal.fr/fr/choixBuses.asp

Source Réussir Lait Avril 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier