Irrigation : 10 à 30 % d'économie d'eau avec le goutte à goutte enterré

Raphaël Lecocq

Appliqués aux vignes et vergers, le goutte à goutte enterré permet d'optimiser la ressource en eau mais également les autres intrants que sont les fertilisants et les herbicides. Le surcoût à l'installation est tout relatif.

Le goutte à goutte enterré consiste à positionner deux gaines à environ 25 cm de profondeur, de part et d'autre des rangs de vignes ou d'arbres fruitiers. Les goutteurs positionnés tous les 50 ou 75 cm sont d'une conception différente des goutteurs aériens, de façon à se prémunir des risques de colmatage. Une installation enterrée comporte par ailleurs des systèmes de purge en bout de ligne pour garantir, dans le durée, c'est à dire plus d'une dizaine d'années, l'irrigation des cultures pérennes. Les pays les plus avancés, notamment Israël, bénéficient d'un recul de plus de quinze ans sur la technique.

Eau et fertilisants

En France, les premières installations bénéficient de quelques années de recul. Elles ne permettent donc pas, objectivement, d'affirmer que leur longévité est au moins égale à la durée d'exploitation des cultures en place. Cependant, les premiers retours d'expérience sont très positifs. L'irrigation enterrée engendre une économie de la consommation d'eau comprise entre 10 et 30 % selon les espèces et les types de sol en présence. Elle accélère la croissance des jeunes plantations et par voie de conséquence la première récolte. Elle permet de mettre en oeuvre la fertirrigation, avec des économies d'engrais à la clé. L'absence de gaines en surface favorise les techniques d'entretien mécanique, au détriment du recours aux herbicides. Des gains de main d'oeuvre sont également constatés du fait des économies d'entretien des réseau aériens. Le surcoût de départ de 20 à 30 %, lié aux équipements et aux travaux d'infrastructures est compensé, au fil des ans, par les différentes sources d'économies induites.

Le goutte à goutte enterré se réalise à la plantation mais peut aussi se concevoir sur des cultures en place

Le goutte à goutte enterré se réalise à la plantation mais peut aussi se concevoir sur des cultures en place

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires