L’hélicoptère Rmax de Yamaha, l’ancêtre des drones agricoles

Raphaël Lecocq

Le Rmax de Yamaha peut être considéré comme l’ancêtre des drones à usage agricole
Yamaha

Yamaha est connu pour ses instruments de musique, ses motos, ses quads, ses scooters des mers, ses moteurs de hors-bord ou encore ses motoneiges. Moins pour son drone-hélicoptère à usage agricole.

En 1983, à la demande du ministère de l’agriculture japonais, Yamaha  développe un hélicoptère sans pilote destiné à réaliser des traitements phytosanitaires sur les cultures de riz, de blé, de soja et d’avoine. Le ministère voit dans le drone à usage agricole le moyen de compenser la perte de main d’œuvre des exploitations avec un matériel à la fois compétitif et précis dans ses interventions, indépendamment des pentes ou des intempéries. Au R-50 d’origine succèdera le Rmax, animé par un moteur 2 temps et 2 cylindres de 246 cm3, entraînant un rotor principal de 3,13 m de diamètre, équipé d’un Gps à partir de 2003.

Pulvérisation et épandage

Le Rmax est capable d’emporter une charge de 31 kg pour un poids total de 94 kg. En mode pulvérisation, il embarque deux bacs de 8 litres chacun. L’hélicoptère miniature peut aussi recevoir un module d’épandage d’engrais. Actuellement, 2400 appareils seraient en service au Japon. Le Rmax est également déployé en Australie et en Nouvelle-Zélande. En dehors des usages agricoles, le Rmax est également utilisé pour surveiller l’activité des volcans, pour survoler les zones naturellement inaccessibles ou rendues comme telles par des catastrophes. En France, en dehors de dérogations préfectorales, la pulvérisation aérienne de pesticides est interdite.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires