La norme Isobus vue par les Cuma de l’Ouest

Raphaël Lecocq

La console IsoMatch Tellus de Kverneland, certifiée Isobus
Kverneland

La Fédération des Cuma de l’Ouest édite un document synthétisant les caractéristiques et les avantages de la norme Isobus régissant les liaisons électroniques entre tracteurs et outils attelés.

Assurer les commandes et le contrôle de l’outil attelé au moyen de la seule console du tracteur, faciliter la mise en œuvre de l’agriculture de précision, transférer les ordres et enregistrements de travaux entre l’exploitation et l’ensemble tracteur-outil : tels sont quelques-uns des bienfaits de la norme Isobus. Un chantier initié en 1991 qui a vu les premiers matériels estampillés Isobus en 2001, plus sûrement compatibles depuis 2008 grâce à la certification de l’AEF (Agricultural industry electronics foundation) et authentifiés comme tels grâce à la base de données mise en ligne par l’AEF en 2015 (aef-isobus-database.org). Depuis fin 2014, la France compte avec Kereval un des cinq organismes dans le monde agréés par l’AEF pour délivrer aux constructeurs et à leurs machines la certification Isobus. Pour mieux comprendre les ressorts de cette nouvelle technologie, la Fédération des Cuma de l’Ouest édite un document synthèse bienvenu (pièce jointe).

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier