Le contrôle des pulvérisateurs monte en puissance

Raphaël Lecocq

A l’issue d’un premier cycle de 5 ans, le contrôle des pulvérisateurs semble avoir trouvé son rythme de croisière

Un peu plus de 30 000 appareils ont été inspectés en 2013. Le meilleur millésime depuis 2009, année de l’instauration du contrôle périodique obligatoire.

30093 exactement : c’est le nombre de pulvérisateurs qui, en 2013, sont ressortis d’un centre d’inspection avec la précieuse vignette certifiant leur conformité au protocole de contrôle. Il s’agit du meilleur score enregistré par le Gip Pulvés depuis l’instauration du contrôle périodique obligatoire en 2009. Le risque de sanctions accrues en cas de non conformité a semble-t-il incité les retardataires à se mettre en règle. 2013 était aussi une échéance pour de nombreux agriculteurs ayant procédé à un contrôle volontaire en 2007 et 2008, une démarche reconnue par l’Etat. Au cours du premier cycle de cinq ans, 111 300 pulvérisateurs ont subi un examen complet. Le taux de contre-visite s’établit autour de 22-23 %. L’imprécision du manomètre, les fuites, les déformations de rampes ou encore la lisibilité de la jauge figurent en tête des défauts constatés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires