Le semoir Claydon apte à semer dans les couverts végétaux

Raphaël Lecocq

Le semoir Claydon Hybrid et son disque ouvreur à l’œuvre dans un couvert d’avoine et de vesce
Claydon

La dent fissuratrice précédant la dent semeuse peut être remplacée par un ou deux disques ouvreurs selon l’écartement de semis. Un nouveau rouleau frontal participe au découpage du couvert.

Le disque ouvreur précédant la dent semeuse

Le semoir Hybrid de Claydon repose sur une système d’enterrage à deux dents dans la même ligne : une première dent droite fissure le sol jusqu’à une profondeur de 18 cm quand la seconde, dotée d’une ailette, positionne la semence grâce à son sabot semeur intégré. Une conception qui trouve ses limites pour les semis réalisés sur des couverts végétaux en place. Le constructeur a trouvé la parade en substituant la dent frontale fissuratrice par un disque ouvreur de 510 de diamètre, bénéficiant de la sécurité hydraulique attenante à la dent le cas échéant.

Le double disque ouvreur précédant la dent semeuse à point « low disturbance »

Un ou deux disques et un rouleau découpeur

Cette conception vaut pour les semis à grand écartement (30 cm). Pour des écartements plus serrés, Claydon propose des doubles ouvreurs pouvant être couplés à des doubles dents semeuses à pointe tranchante « low disturbance ». Et pour conforter l’adaptation du semoir aux couverts végétaux, le constructeur a développé un rouleau frontal à disques crénelés accolés à ne jante, découpant les végétaux et participant à la stabilisation du semoir. En version traînée, le semoir Hybrid est désormais disponible en 4 m, complétant les modèles en 6 m et 8 m.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier