Le système Stop&Go à l’œuvre sur les télescopiques Manitou

Raphaël Lecocq

Les chantiers de manutention sont susceptibles de valoriser un système Stop&Go
Manitou

Le dispositif économise du carburant mais plus encore des heures au compteur grevant les frais d’entretien et la valeur de revente.

En voie de démocratisation sur les automobiles, le système de coupure automatique du moteur en cas d’arrêt avant redémarrage s’avère pertinent lorsque les véhicules évoluent dans un environnement urbain. En agriculture, les chantiers de manutention sont susceptibles de marquer des temps d’arrêt et donc de valoriser un tel dispositif. C’est ce qui a conduit Manitou à développer son système Stop&Go, proposé à ce jour sur les chariots télescopiques de 14 m à 18 m. Il a été mis au point en partenariat avec Poclain Hydraulics.

Redémarrage en une seconde

Le système  Stop&Go  coupe automatiquement le moteur lorsqu’il n’est pas sollicité (au bout de 30 secondes) et lorsque les commandes hydrauliques ne sont pas actionnées. Lorsque l’opérateur actionne l’accélérateur ou une commande hydraulique, il agit sur un accumulateur hydraulique. Celui-ci se décharge et crée une pression suffisante pour redémarrer l’engin en une seconde. L’accumulateur se recharge grâce à une pompe électrique lors de l’utilisation en dynamique de la machine très rapidement la machine démarreur hydraulique

En attendant la gamme agricole

Le constructeur a fait les calculs. Sur un chariot télescopique MT 1840 IIIB (18 m, 4 t) utilisé 800 heures par an, le système Stop&Go procure une économie de carburant de 5 %. Les économies d’heures de fonctionnement sont beaucoup plus importantes puisqu’elles atteignent 180 h/an, soit 22,5 % de l’utilisation annuelle. Au bout de 3 ans, une révision de 500 heures est économisée et l’équivalent d’une année d’utilisation au bout de 5 ans. Cette option est pour l’instant proposée sur la gamme de chariots télescopiques MT1440 et MT1840.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier