Les concessionnaires face à la baisse des ventes de matériels neufs et d’occasion

Raphaël Lecocq

Le secteur vitivinicole devrait se distinguer positivement des autres secteurs de l’agroéquipement

L’enquête de conjoncture réalisée par le Sedima fait état d’une baisse des ventes au 1er semestre 2015 pour 64 % des concessionnaires interrogés. Le second semestre augure de perspectives à peine moins pessimistes. Neuf et occasion sont logés à la même enseigne.

Chaque année, le Syndicat national des entreprises de service et de distribution du machinisme agricole et de l’espace vert (Sedima) prends le « pouls » de ses adhérents. Les chiffres communiqués comparent le 1er semestre 2015 au 1er semestre 2014. Tous secteurs et matériels confondus, 64 % des concessionnaires interrogés font état d’une baisse des ventes de matériels neufs. Ils sont 33 % à situer la baisse dans une fourchette comprise entre –15 % et -3 %, 16 % dans une fourchette comprise entre –25 % et –16 %. A contrario, 22 % des concessionnaires déclarent enregistrer une hausse des ventes de matériels neufs. 15 % évaluent la progression entre +3 % et +15 %. En ce qui concerne le matériel d’occasion, 54 % des concessionnaires interrogés font état d’une baisse des ventes. Ils sont 29 % à situer la baisse dans une fourchette comprise entre –15 % et -3 %, 17 % dans une fourchette comprise entre –25 % et –16 %. A contrario, 27 % des concessionnaires déclarent enregistrer une hausse des ventes d’occasion. 21 % évaluent la progression entre +3 % et +15 %.

Bilan positif pour les matériels vitivinicoles

Cette tendance générale s’explique par le recul des investissements dans deux secteurs essentiels que sont les grandes cultures et la polyculture-élevage. 70 % des concessionnaires interrogés ont des opinons à la baisse pour les ventes de tracteurs, 58 % pour les automoteurs et 66 % pour les autres matériels. Les équipements d’élevage sont orientés à la baisse pour 48 % des répondants. Le secteur vitivinicole tire son épingle du jeu, dans la vente de matériel neuf comme d’occasion.  Si 42 % et 40 % des concessionnaires interrogés font état d’une stabilité de leur marché dans ces deux catégories respectives, ils sont 27 % et 40 % à estimer la progression de leurs ventes entre +3 % et + 15 %. En ce qui concerne les espaces verts, l’enquête scinde en deux parts à peu près égales les distributeurs enregistrant une activité en hausse ou au contraire en baisse. En ce qui concerne les ventes de pièces, 44 % des concessionnaires font le constat d’une stabilité contre 32 % d’une baisse et 24 % d’une hausse. Dans les ateliers enfin, 42 % des concessionnaires font le constat d’une stabilité,  40 % d’une hausse et 18 % d’une baisse.

Mêmes tendances au second semestre

Les prévisions d’activité pour le second semestre 2015, comparativement au second semestre 2014, sont dans la droite ligne des résultats enregistrés au premier semestre 2015, avec une baisse marquée des commandes en grandes cultures pour le neuf comme pour l’occasion, des estimations plus optimistes  dans le domaine des équipements d’élevage, une orientation positive du marché de  la viticulture et enfin une stabilité des ventes de matériels d’espace vert. Axema, le Syndicat des industriels de l’agroéquipement, avait fait part en avril dernier, lors de sa 2ème biennale, d’une nouvelle contraction du marché des agroéquipements en 2015, estimée à -11 %, après les –14,7 % enregistrés en 2014. L’an passé, le marché français des agroéquipements s’est élevé à 5,6 milliards d’euros, hors occasion, pour un global de 9,5 milliards d’euros

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires