Les concessionnaires un peu moins satisfaits de leur tractoriste

Raphaël Lecocq

Fendt demeure le tractoriste le mieux noté par ses distributeurs
Fendt

Seuls John Deere et Massey Ferguson progressent dans l’estime de leurs distributeurs respectifs, selon l’enquête du Sedima. Le trio de tête est constitué de Fendt, suivi de Valtra et de Claas ex aequo.

Depuis 2005, le Syndicat national des entreprises de service et de distribution du machinisme agricole et de l’espace vert (Sedima) réalise une enquête de satisfaction auprès des concessionnaires : c’est l’Indice de satisfaction des concessionnaires (Isc).  Objectif : faire en sorte que les relations tractoristes concessionnaires s’améliorent au bénéfice commun des réseaux et des marques. Procédure : un questionnaire par contrat et par marque et comportant 61 points est en mai aux adhérents du syndicat, soit 473 questionnaires pour 2015. Méthodologie : pour figurer dans le classement, 30 % au minimum de réponses pour chaque marque doit représenter au minimum 25 % du volume total de tracteurs vendus par la marque l’année précédente. A ce titre, Kubota et McCormick ne figurent pas dans le classement 2015, caractérisé par un taux de réponse en progression (65 % contre 63 % en 2014).

Les inquiétudes des concessionnaires

Résultats : Fendt conserve la première place du classement avec une note de 12,5. Le constructeur devance Valtra et Claas, crédités chacun d’un 11,7. Suivent Massey Ferguson (11,2), John Deere (10,8), New Holland (10,4), Deutz (10,3), Case IH (10,0) et Same (8,8). Les notes sont globalement orientées à la baisse, la moyenne générale étant de 10,8 en 2015 contre 11 en 2014. Seuls Massey Ferguson (+ 0,1) et John Deere (+ 1,1). Après deux années de baisse des marchés et des incertitudes pesant sur les différent secteurs des agroéquipements, le Sedima relève que « les distributeurs espèrent du soutien et de l’accompagnement de la part de leurs tractoristes. Notamment face au développement des ventes sur internet, ils s’interrogent sur le niveau de protection que leurs marques pourraient leur apporter contre les marchés parallèles et attendent des réponses concernant les délais de paiement des tracteurs et de la pièce, une source constante d’insatisfaction ». Une enquête similaire est réalisée dans 8 autres pays européens (Allemagne, Belgique Danemark, France, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Suisse). Un moyen pour le Sedima et ses homologues européens de peser sur les directions euro­péennes des marques de tracteurs. Les résultats pour ces autres pays sont attendus dans les mois à venir.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier