Machines agricoles : Kuhn préfère l'Alsace à la délocalisation

Le ministre de l'Agriculture Michel Barnier a inauguré jeudi une nouvelle usine de machines agricoles en Alsace. L'industriel a renoncé à une délocalisation pour sauver quelque 200 emplois.

La qualité de la main d'oeuvre alsacienne a compté dans les arguments qui ont fait renoncer le PDG, Michel Siebert, et son actionnaire suisse, Bucher Industrie, à une délocalisation dans un pays de l'Est.

S'implanter en Pologne ou en Lettonie aurait pourtant permis de réaliser au moins 30% d'économies sur l'investissement de départ de 27 millions d'euros, et 3 millions d'économies de fonctionnement annuelles en raison des différences de salaires et de fiscalité, selon l'étude comparative de Kuhn.

Installé près de l'usine-mère de Saverne, dans le Bas-Rhin, le nouveau site de Monswiller ne va pas créer d'emplois nouveaux mais les 200 postes (qui seront atteints par des transferts de Saverne) représentent autant d'emplois préservés, selon Kuhn. Autre critère favorable : les débouchés des gros matériels qui sortiront de cette usine se situent davantage en Europe de l'ouest.

Le groupe Kuhn compte 3.100 salariés dont un tiers travaillent hors de France, essentiellement dans des usines aux États-unis et au Brésil. Le groupe est en passe de racheter un site de 400 personnes aux Pays-Bas.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier