Naïo Technologies vise la vente de 40 robots en 2016

Raphaël Lecocq

Le robot Oz cible les exploitations maraîchères de 1 à 10 ha
Tien Tran

Une levée de fonds de 3 millions d’euros combinée à une offre de trois robots distincts doit assurer la montée en puissance de la start-up, en France et à l’international.

Devenir le leader européen de la robotique agricole : telle est l’ambition de Naïo Technologies. Créée à Toulouse (31) en 2011, la start-up vient de conclure avec succès la troisième levée de fonds de son histoire auprès de ses actionnaires historiques, des fonds d’investissement Emertec et CapAgro et de la plate-forme de crowdfounding Wiseed. La levée de fonds va servir le développement technologique, commercial et international de l’entreprise. Comptant actuellement 11 salariés, Naïo Technologies portera ses effectifs à 18 en 2016 et escompte réaliser 1 million d’euros de chiffre d’affaires, en mettant sur le marché 40 robots, s’ajoutant aux 30 exemplaires actuellement en service.

Le robot Anatis cible les cultures légumières de plein champ

Un robot pour la vigne

Actuellement, l’offre se compose du robot Oz, dont le potentiel de désherbage cible les exploitations maraîchères d’une surface comprise entre 1 et 10 ha, avec un potentiel de marché estimé à 6000 exploitations en France. Oz a reçu plusieurs distinctions dont le prix CleanTech Republic 2015 dans le cadre de la Cop 21. Il fait l’objet d’essais avec le groupe Bonduelle. Présenté au Sima 2015 sur le stand de Carré, partenaire de la start-up, le robot Anatis cible les exploitations légumières de plein champ de plus de 10 ha, soit un potentiel de 30 000 exploitations. En 2016 sera présenté un troisième robot adapté à la vigne, un robot enjambeur apte à désherber quotidiennement 5 ha et développe en partenariat avec l’IFV, le LAAS-CNRS et le groupe coopératif Vinovalie.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier