Préparations de printemps : Premier outil, la bêche

Raphaël Lecocq

La qualité d'implantation des espèces de printemps est déterminante. Seul un profil cultural permet d'analyser la situation de départ et d'adopter les choix techniques en conséquence.

Maïs, betterave, orge, tournesol, soja : les espèces de printemps n'ont que quelques mois pour révéler leur potentiel. La qualité de la structure du sol est fondamentale. La structure en présence dépend des conditions de récolte du précédent, des opérations réalisées à l'automne, des phénomènes climatiques hivernaux. La réalisation d'un profil doit permettre d'apprécier tassement, en surface et en profondeur, ainsi que le degré d'évolution des résidus végétaux.

Un profil avant… et après

Un profil cultural n'est ni plus ni moins qu'une fosse de 3 mètres de long, 1 m de large et 40 cm de profondeur. Il doit être réalisé dans le sens perpendiculaire aux opérations principales de travail du sol, à cheval sur un passage de roue de pulvérisateur, hors tournières. La fosse réalisée, il faut ensuite effacer à l'aide d'un couteau désosseur rigide les zones de lissage provoquées par la bêche. On cherchera à identifier les zones massives, dépourvues de porosité, d'infractuosités et de vers. L'importance de la dégradation de la structure et les horizons concernés dicteront les opérations culturales à suivre. Dans l'absolu, un second profil devrait être réalisé après-coup, afin d'en mesurer les effets du travail du sol.

Au printemps, toute intervention devrait être précédée d'un profil cultural

Au printemps, toute intervention devrait être précédée d'un profil cultural

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires