Récolte des fourrages : En mai, fauche ce qu'il te plaît

Raphaël Lecocq

L'Isère et les Vosges sont les terres d'accueil de deux manifestations dédiées à la récolte de l'herbe. Machines à l'oeuvre à Biol (38) le 18 mai et à Mirecourt (88) les 25 et 26 mai.

L'herbe gagne du terrain. L'ensilage de maïs qui représentait en 1994 environ 45 % des fourrages stockés est ramené aujourd'hui à environ 34 %. Principale bénéficiaire : l'herbe récoltée sous forme humide, passée de 10 à 19 % durant la période sous l'effet du développement de l'enrubannage. Le foin reste stable de son côté, en assurant un peu moins de 50 % des stocks fourragers. Stabilité également pour les surfaces de luzerne pure, estimées à 300 000 ha, la déshydratation industrielle oscillant bon an mal an entre 90 000 et 105 000 ha. C'est, parmi beaucoup d'autres, quelques uns des enseignements des Journées de printemps organisées en mars dernier par l'Association française pour la production fourragère (Afpf), et consignés dans deux numéros spéciaux de la revue Fourrages (n°205 et n°206 à paraître).

Valoriser la technicité des machines

En ce qui concerne les machines de récolte, tous types de fourrages confondus, les constructeurs ont porté leurs efforts ces dernières années sur la productivité de chantier. En matière de fourrages, productivité rime avec qualité, eu égard aux risques climatiques facteurs d'altération. Mais la notion de qualité fait intrinsèquement partie de la génétique des constructeurs, soucieux d'apporter à leurs clients des machines respectueuses des fourrages, à chaque étape de la récolte : fauchage, fanage, andainage, pressage. Reste aux utilisateurs à jouer sur les réglages offerts par les machines pour en capitaliser au maximum les bénéfices. Deux salons permettront de voir évoluer des machines au champ durant ce mois de mai. Il s'agit de MécaFourrages le 18 mai à Biol (38) à l'initiative du réseau Cuma et du Salon de l'herbe à Mirecourt (88) les 25 et 26 mai.

La production fourragère se développe au détriment du maïs, avec l'enrubannage comme principal bénéficiaire

La production fourragère se développe au détriment du maïs, avec l'enrubannage comme principal bénéficiaire

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires