Traite robotisée : Tous les robots de traite ne sont pas égaux

Raphaël Lecocq

Lely présente au cours d'un colloque différentes pistes pour optimiser l'investissement consenti dans un robot de traite. 200 techniciens spécialisés ont répondu à l'invitation. Une première en France.

Tous les robots ne sont pas égaux : comprendre par là que deux robots sortis de la même chaîne de montage vont connaître des destins différents et des performances variables en fonction de l'environnement dans lequel ils vont opérer 24 heures sur 24. Si certains paramètres sont inhérents à l'élevage lui-même, la valorisation d'un robot de traite peut être optimisée tout au long de son cycle de vie C'est la finalité du colloque organisé par Lely le 26 mai prochain à l'Agrocampus de Rennes (35).

Du petit lait de MQC2, Qwes-HR, DLM…

L'inventeur et leader du concept de traite robotisée y présentera une batterie d'outils de pilotage destinés à maximiser la rentabilité de l'investissement dans un robot. Lely tentera de faire du petit lait de sigles aussi énigmatiques que MQC2 (capteurs de suivi des troupeaux), Qwes-HR (suivi de l'activité et de la rumination) ou encore DLM (optimisation de l'apport de concentré). Aux côtés des experts de la firme et de témoignages d'éleveurs, le directeur de l'Unité mixte de recherches « production de lait » de l'Inra, Philippe Faverdin, évoquera les systèmes d'information et de pilotage des troupeaux.

La valorisation d'un robot de traite peut être optimisée tout au long de son cycle de vie (Doc Lely)

La valorisation d'un robot de traite peut être optimisée tout au long de son cycle de vie (Doc Lely)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier