2013 : baisse de 18,7% du revenu moyen des agriculteurs

S C

2013 : baisse de 18,7% du revenu moyen des agriculteurs

En 2013, le résultat courant avant impôts (RCAI) par actif non salarié des moyennes et grandes exploitations* se replierait à 29.400 euros en moyenne, après trois années historiquement élevées. Soit une baisse de 18,7% par rapport à 2012, d'après les chiffres des "comptes prévisionnels de l'agriculture pour 2013".

Les résultats seraient en baisse dans la plupart des orientations, et notamment dans les exploitations spécialisées en grandes cultures suite au retournement des prix des céréales, oléagineux et protéagineux.

Grandes cultures : baisse de 50% des revenus

106405756-web

La baisse du résultat moyen serait particulièrement marquée pour les grandes cultures en 2013 (- 42 % par rapport à 2010-2012). Un revenu moyen qui s’élèverait à 31.800 euros (62.700 en 2012), en baisse essentiellement du fait  de la baisse des prix français (- 23% en moyenne pour les céréales), dans le sillage des cours mondiaux des matières premières. Les prix des oléagineux et des protéagineux connaissent des baisses de même ordre, qui se conjuguent avec des récoltes en baisse elles aussi, tournesol excepté.

Avec des coûts de production en faible hausse mais qui restent élevés, le revenu des exploitations spécialisées en céréales, oléagineux et protéagineux perdrait donc plus de 50 % (~25.000 €) par rapport à son niveau moyen 2010-2012, et celui des autres exploitations de grandes cultures (pommes de terre, betteraves…) près de 25 % qui reste toutefois supérieur à 50.000 euros. .

Bovins viande : sous la barre des 20.000 €

charolaise-web

Les élevages de bovins pour la viande voient leur revenu encore en baisse (-8%) et rester sous les 20.000 euros. Dans les exploitations ovines et caprines, le résultat moyen reculerait pour la troisième année consécutive pour atteindre 17.600 euros, soit 10 % en dessous de la moyenne des trois dernières années.

En effet, si les prix de la viande sont orientés à la hausse, ainsi que ceux du lait (+ 7 % en moyenne sur l'année), le volume de la plupart des productions animales est en baisse. Le coût de l'alimentation animale, malgré un repli au cours de 2013, reste supérieur au niveau moyen de 2012 et pèse encore sur les charges d'approvisionnement.

Dans les exploitations laitières, la valeur de la production, en légère hausse, compense tout juste celle des charges et le résultat s'améliorerait faiblement (+3,6%) pour atteindre les 25.100 euros, tout en restant légèrement inférieur à la moyenne 2010-2012.

Exploitations porcines : le cout des aliments pèse toujours

porcelets -web (TK)

Le volume de la production porcine baisse quant à elle de 1 % en moyenne sur l'année 2013, notamment en raison de la chute des abattages de porcelets et le coût des aliments pèse toujours sur la rentabilité des élevages.

Avec 40.500 euros par actif non salarié (-11% par rapport à 2012), le résultat des exploitations porcines se rapprocherait de la moyenne des trois dernières années.

Exploitations avicoles :  situation contrastée

En volaille de chair, la hausse des prix conjuguée à des volumes globalement stables induit une hausse de 5 % de la production qui devrait permettre de contenir le poids des charges. En filière ponte en revanche, la chute du prix des oeufs (- 28 %) tire à la baisse la valeur de la production en dépit de la hausse des volumes.

Sur l'ensemble des deux filières, le résultat moyen des exploitations tomberait à 20.800 euros, soit 34 % en dessous de la moyenne des trois dernières années.

Viticulture : 52.600 € en moyenne, en hausse de 33%

154964663-récolte vin-web

Le résultat des exploitations viticoles s'améliorerait nettement en 2013, en hausse de plus de 20 % par rapport au niveau moyen des trois dernières années. Le revenu moyen des vignerons est estimé à 52.600 euros contre 39.600 en 2012. Ils bénéficient  d’une demande  dynamique et de prix qui resteraient bien orientés sur la campagne avec des charges qui progressent peu.

La conjoncture est également favorable pour les fruits. En moyenne, le revenu des arboriculteurs fruitiers continuerait à s'améliorer en 2013 et afficherait son meilleur niveau depuis le début des années 2000, soit 32.100 €/ha. La chaleur estivale, propice à la consommation de ces fruits, a favorisé une forte hausse des prix, qui a compensé l'augmentation des coûts de production. A noter toutefois une grande variation des prix et des volumes selon les espèces.

Dans les exploitations maraîchères,  la valeur de la production de légumes en baisse de 4 % , conjuguée à une hausse des charges  (+ 0,4 %) induit une baisse du résultat moyen dans le maraîchage de 24% par rapport à l’an passé.Le revenu moyen des maraîchers atteindrait 25.400 euros.

* Une exploitation est considérée comme moyenne ou grande si sa production brute standard moyenne (PBS) dépasse 25.000 euros.

résultats par filière
evolution

Source Agreste Primeur / décembre 2013

Sur le même sujet

Commentaires 5

outrao

effectivment c'est interessant ces graphiques et de voir que malgré le refrain augmentation des cereales augmentation des charges les eleveurs porcins gagnent autant que les viticulteurs
il faut prendre ces chiffres 2013 avec des pincettes evidemment , puisqu'a priori les chiffres 2012 de soi disant revenus des cerealiers ont été tres grossiermeent estimé , ils sont en realité plus de 20 000 euros inferieur et dire que la reforme de la pac s'est basé dessus ( d'autant qu'en plus les revenus des eleveurs bovins ont été largement sous estimé)

ehoui

on voit que les elevages porcins malgré le soit disant cout trop elevé des cereales s'en sortent tres tres bien par rapport aux autres elevages
on peu s'interroger sur la reforme de la pac basé sur des cours a 250 euros , on voit bien que pour les cerealiers ( + betteraves et autres cultures industrielles ) ca va bien , mais pour les gens uqi font de des COP en petites terres , enlevez 100 euros/ha pour des exploitations qui ont 200 ha il reste 4 000 euros de revenus

billout

Et les producteurs laitiers ils sont inexistant?

Pleinchamp

Ce ne sont en effet que des prévisions réalisées d'après des projections du ministère. Un premier compte prévisionnel est diffusé en décembre de l'année N-1, un compte provisoire est ensuite publié en juillet de l'année N. Mais les résultats réels, élaborés d'après les chiffres du réseau d'information comptable agricole (RICA), ne sont connus qu'en décembre de l'année N.

agrimax

Comment fait on pour connaitre le revenu 2013 des agriculteurs alors que 95% on un bilant qui cloture au 30 Juin 2014 ???????????????

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier