Afrique du Sud : Quand la biodiversité se fait outil marketing

Claudine Galbrun

En lançant la BWI (Biodiversity Wine Initiative), l'Afrique du Sud entend bien faire de la préservation de la biodiversité un outil marketing qui lui donnera, espère-t-elle, un avantage compétitif dans la bataille mondiale du vin. La BWI, initiée par l'interprofession des vins sud-africains (WOSA) s'inscrit dans une démarche plus large, visant à promouvoir la production intégrée de vins (IPW ou Integrated Production of Wine). Celle-ci rassemble aujourd'hui et sur une base volontaire 75 % des producteurs sud-africains. La BWI cherche à protéger les zones sensibles de la région du Cape, principale zone de production de vin. Pour y adhérer, le vigneron doit d'une part être engagé dans la démarche IPW et d'autre part mettre en place un espace dédié à la conservation des espèces endémiques égal à au moins deux hectares. Certains de ces vignerons se verront décerner le titre de champion si au moins 10 % des surfaces de leur vignoble est déclaré en zone de conservation. Des stickers pourront alors être apposés sur les bouteilles, affirmant ainsi que pour ces vignerons, la préservation de la biodiversité est à l'oeuvre dans leurs vignes. Le Wosa a en projet la création d'une nouvelle route des vins qui aura pour thème la biodiversité.

Les efforts des vignerons sud-africains engagés dans le maintien de la biodiversité selon les préceptes de la BWI seront bientôt mis en valeur par l'apposition de stickers sur leurs bouteilles. (DR)

Les efforts des vignerons sud-africains engagés dans le maintien de la biodiversité selon les préceptes de la BWI seront bientôt mis en valeur par l'apposition de stickers sur leurs bouteilles. (DR)

Source Réussir Vigne Mai 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier