Appellations d'origine : La Cnaoc et les signes de qualité autre produit se rapprochent

Marion Ivaldi

Le congrès de la Cnaoc a été marqué par la création d'un comité de liaison constitué des AOC vin et des signes de qualité autre produit. Le développement durable en est le thème fédérateur.

La Fédération label rouge ainsi que le Conseil national des appellations d'origine laitière
(Cnaol) étaient présentes à la table ronde organisée par la Confédération nationale des
appellations d'origines (Cnaoc) sur la question du développement durable. A l'issue de cet
échange, les participants ont décidé de la création d'un comité de liaison leur permettant de
se réunir sur des sujets transversaux. “ Il s'agit de pouvoir identifier les dossiers communs
et de les travailler ensemble ”, explique Christian Paly, président de la Cnaoc.
Le thème du développement durable a été choisi, “ car l'environnement, c'est l'appellation et
l'appellation est l'environnement ”, estime Christian Paly. D'ailleurs, l'étude sur les AOC, les
IGP et le développement durable de Jean-Marc Touzard, chercheur à l'Inra de Montpellier,
démontre l'implication des syndicats de défense dans le développement durable. “ Ces
organisations peuvent jouer un rôle d'incubateur en la matière ”, assure Jean-Marc
Touzard.



Christian Paly, président de la Cnaoc plaide en faveur de l'introduction de mesures agri-environnementales dans les cahiers des charges des appellations d'origine. (DR)

Christian Paly, président de la Cnaoc plaide en faveur de l'introduction de mesures agri-environnementales dans les cahiers des charges des appellations d'origine. (DR)

Introduction de mesures agro-environnementales

Cette conclusion plaide ainsi en faveur de l'introduction de mesures agro-environnementales
dans le cahier des charges des appellations, qui, pour l'instant, est réduite aux mesures ayant
un impact direct sur le terroir (enherbement notamment). Les appellations d'origine
souhaiteraient aller plus loin. “ Nous ne disons pas que, seul, le cahier des charges doit gérer
toutes les questions environnementales, mais nous considérons qu'on a tort de séparer les
signes de qualité et l'environnement ”, conclut Christian Paly qui indique que les représentants
du ministère de l'agriculture semblent prêts à réexaminer leur position.

Source Réussir vigne Juillet-Août 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier