Arrachage des vignes transgéniques : Les ministres se disent «choqués»

SC

Dans un communiqué commun, trois ministres (de l'Écologie, de l'Enseignement supérieur & de la Recherche et de l'Agriculture) condamnent fermement la destruction de pieds de vigne transgénique à Colmar.

Jean-Louis Borloo, Valérie Pécresse et Bruno Le Maire se disent choqués de cet acte de dégradation «scandaleux» contre un essai qu'ils considèrent comme «exemplaire». Ils rappellent que cet essai avait associé, dès le début du projet, des scientifiques, des organisations professionnelles agricoles, des collectivités locales mais aussi des organisations environnementales.

« Ces recherches menées dans la plus grande transparence ne représentaient aucun risque ni pour la sécurité sanitaire ni environnementale » martèlent les ministres concernés. Des conditions strictes avaient été prévues pour éviter tout risque de dissémination des transgènes : les porte-greffes ne produisaient pas de fleurs et les inflorescences du greffon étaient éliminées avant floraison ; une bâche installée dans le sol limitait le développement des racines.

Cette expérimentation était destinée à recueillir des données scientifiques précises en matière d'environnement, et tout particulièrement sur le virus du court-noué qui touche les pieds de vigne, et pour lequel il n'existe à ce jour aucun traitement. Les ministres insistent sur la nécessité pour les scientifiques de pouvoir effectuer leurs travaux en toute sérénité, tout particulièrement lorsque les modalités de l'essai OGM ont fait l'objet d'un large consensus.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier