Bouteilles : Les bouteilles jouent la carte de la différenciation

Marion Ivaldi

Les verriers multiplient les innovations cette année avec un objectif : proposer des innovations pour séduire le consommateur. Tour d'horizon des tendances vues sur le salon Vinitech.

Le noir fait son entrée

Largement utilisée par les spiritueux, la bouteille noire est encore confidentielle dans le monde vinicole. “ Il s'agit pour nous d'une solution innovante pour animer le marché. Elle permet de différencier le produit et nous la préconisons pour des vins premiums, car le noir a une connotation haut de gamme et permet de protéger le vin de façon idéale contre les effets de la lumière ”, explique Mathilde Hébert, responsable marketing pour Verallia (Saint-Gobain). L'entreprise lance une nouvelle gamme en verre noir en quatre modèles standard (dont un magnum) de forme bordelaise. VOA Verrerie d'Albi (appartenant au groupe Verallia) est également sur les rangs avec une gamme de verre noir fabriquée avec la technique dite du feeder où la coloration du verre est faite dans les fours. “ Cela permet d'obtenir une densité de couleur remarquable. Nous pouvons fabriquer de petites séries permettant d'emballer des produits haut de gamme à édition limitée avec un positionnement prix de + 20 à + 30 % ”, promet Cyril Duault, directeur général de l'entreprise. O-I lance également une nouvelle gamme baptisée Black Glass qui tire son originalité d'une nouvelle technique de fabrication permettant de diminuer son coût. “ Jusqu'à présent, le coût du verre noir était prohibitif et limitait l'offre à des produits très élitistes. Grâce à cette innovation, on sort de l'ultra haut de gamme confidentiel. On peut étendre le Black Glass by O-I à des marchés premiums et toucher des segments très variés ”, explique Gilles Desherauds, responsable marketing Europe Spirits chez O-I. Le noir est donc la grande opportunité pour renouveler le packaging du vin. Un bémol à ce lancement : la réaction du consommateur face à ce colori reste une grande inconnue. O-I a financé une étude auprès de l'Institut Ipsos pour en savoir davantage. Les premiers résultats sont attendus en ce début d'année.

Black Glass, marque de O-I, tire son originalité d'une nouvelle technique de fabrication permettant de diminuer son coût. (O-I)

Black Glass, marque de O-I, tire son originalité d'une nouvelle technique de fabrication permettant de diminuer son coût. (O-I)

Le magnum tire son épingle du jeu

Plusieurs fabricants relèvent un intérêt croissant du marché pour le magnum. “ Nous connaissons un grand succès avec notre gamme Magnum élégance ”, signale Cyril Duault. Les rosés de Provence seraient très demandeurs de ce type de contenant. Pour Verallia, qui vient de compléter ses gammes pour développer son offre grand contenant, l'attrait du magnum est porté par l'effet festif et convivial. La crise économique étant passée par là, les soirées festives seraient davantage organisées à la maison qu'au restaurant, ce qui pourrait expliquer l'intérêt porté au magnum.

La gravure se cache

Ecussons, logos gravés… les bouteilles utilisent souvent la gravure sur leur face externe pour attirer l'oeil du chaland. O-I a eu l'idée de créer une bouteille où la gravure est à l'intérieur du contenant. L'originalité de ces gravures réside dans le fait qu'elles sont invisibles lorsque la bouteille est pleine. Elles se dévoilent lorsque l'on sert le vin. Effet garanti ! Ces bouteilles ont également un avantage évident : celui de pouvoir positionner l'étiquette où l'on veut. La première application de cette innovation est la bouteille “ Vortex ” réalisée pour la bière Miller Lite du brasseur américain MillerCoors. Il s'agit de rainures qui forment une spirale dans la bague. Elles permettent à la bière de descendre plus rapidement, ce qui améliore la qualité de la mousse. Des études sont en cours sur l'impact organoleptique que pourrait avoir ce type de bouteille sur le vin.

La champenoise Ecova deviendra le standard officiel de la Champagne à compter de la vendange 2011. (DR)

La champenoise Ecova deviendra le standard officiel de la Champagne à compter de la vendange 2011. (DR)

 

L'éco-conception valeur sûre du marché

La bouteille allégée a le vent en poupe. O-I, qui dispose désormais d'une gamme complète de bouteilles légères réunies sous la marque Lean + Green, table sur une explosion du marché. Le verrier s'apprête à vendre dans le monde 350 millions de cols en 2011. En 2009, les ventes s'élevaient à 36 millions de bouteilles. Cette lame de fond de la bouteille allégée est également perçue par Verrallia. Sa marque allégée, Ecova est disponible en plus de 100 modèles différents. La particularité d'Ecova est de répondre à une logique de partenariat dans la conception des bouteilles. Elle vient ainsi d'être adoptée par l'interprofession des vins de Savoie qui a choisi de passer en teinte feuille morte (auparavant les bouteilles savoyardes se distinguaient par leur coloris vert) pour deux raisons : la valorisation permise par cette couleur toute bourguignonne et la proximité de l'usine de fabrication basée à Châlon-sur-Saône. Ecova va également devenir le standard officiel de la Champagne, depuis la décision du Comité interprofessionnel des vins de champagne de basculer la production sur ce type de contenants à compter de la vendange 2011. Cette champenoise respecte le principe de la marque Ecova : propriétés techniques et mécaniques optimisées, esthétique soignée et poids allégé (835 g contre 900 g).

En matière d'Eco-conception, la bouteille ne s'arrête pas à sa cure d'amaigrissement. Le verrier italien Vetrobalsamo met ainsi en avant son four qui fonctionne au gaz et à l'oxygène, une technologie permettant de réduire de 70 % les émissions de carbone. Saver-glass vient de mettre au point “ organic color play ”. Il s'agit d'un procédé de décoration qui exclut l'utilisation des métaux lourds, consomme moins d'énergie fossile et permet le recyclage de la bouteille, décor compris. Le procédé permet d'obtenir une qualité de dessin améliorée avec un éventail large de couleurs et une précision d'impression remarquable. Enfin, O-I, vient de mettre au point un modèle de calcul de l'empreinte carbone qui prend en compte l'intégralité du produit. Et cela remet en question quelques idées reçues sur la bouteille PET car jusqu'alors les modèles de calcul ne prenaient pas en compte l'extraction de matières premières. Les calculs d'O-I donnent ainsi le verre gagnant : une bouteille de vin standard de 75 cl (410 g) produit 0,204 kg de CO2, une bouteille allégée (345 g) produit 0,172 kg de CO2 et une bouteille PET (54 gr) génère 0,374 kg de CO2. Ces données devraient quelque peu aider le verre a s'affirmer dans le grand challenge du développement durable !

Source Réussir Vigne Janvier 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier