conomie : Situation assainie pour le vignoble corse

Marion Ivaldi

Le vignoble de l'île de Beauté s'apprête à replanter dans un contexte très dynamique de commercialisation.

Fini la crise, fini l'époque du plan de relance. Les efforts corses tant sur le plan de la modernisation de l'outil de production que sur la promotion et la conquête des marchés ont porté leurs fruits. Ce vignoble dont plus de la moitié de la production est en rosé (vendu 20 % plus cher que leur homologue du continent), a produit environ 400 000 hl mais “ 500 000 hl auraient pu être commercialisés ”, assure Bernard Sonnet, directeur de l'interprofession. Par ailleurs, les stocks sont largement en baisse de 50 % sur la période 2005-2009.
Dans ce contexte, 170 hectares vont être plantés sur deux ans (après avoir pratiqué un arrachage soutenu) et 400 vont entrer en production. Les professionnels souhaitent améliorer les rendements sur les vins IGP qui avoisinent trop souvent ceux des AOP (le rendement moyen tous vins confondus est de 65 hl/ha), notamment en irrigant. Les efforts de recherche seront poursuivis concernant la caractérisation des cépages autochtones. Car, précise Bernard Sonnet, “ ces cépages authentiques, vendus en assemblage, permettent une valorisation à haut niveau de prix ”.

(M.-A. Carré)

(M.-A. Carré)

Source Réussir Vigne Décembre 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier