Consommation : L'intérêt des critiques de vin en question

Claudine Galbrun

Selon une étude américaine, les recommandations des experts en vin ne seraient d'aucune aide au consommateur moyen de vin puisque ce dernier n'aimerait pas les mêmes vins que ceux plébiscités par la critique.

La plupart des consommateurs préfèrent un vin peu cher à un vin très coûteux lorsqu'ils
sont soumis à une dégustation à l'aveugle : tel est le résultat qui s'exprime dans l'étude
parue dans la livraison d'avril du journal de l'American Association of Wine Economists. À
l'issue de près de 6000 dégustations à l'aveugle, les chercheurs considèrent en effet qu'il
n'y a aucune corrélation entre le prix d'un vin et son appréciation par le consommateur. Ce
qui suggère, poursuivent-ils, que les individus, en moyenne, prendraient plus de plaisir à
consommer des vins peu onéreux et souvent peu prisés par la critique puisqu'une bonne
note attribuée à un vin par un expert reconnu peut faire grimper le prix de ce dernier.

Selon une étude américaine, critiques experts et consommateurs moyens ne partageraient pas les mêmes goûts en matière de vin. (P. Cronenberger)

Selon une étude américaine, critiques experts et consommateurs moyens ne partageraient pas les mêmes goûts en matière de vin. (P. Cronenberger)

Un problème de compétence

Seuls, les consommateurs entraînés à la dégustation du vin, tels les sommeliers, seraient
capables de distinguer à l'aveugle un vin cher, reconnu pour appartenir à une qualité
supérieure. Les critiques formulées par les experts ne seraient que de piètres indicateurs pour
le consommateur moyen, estiment ces chercheurs car ces deux catégories de personnes ne
partageraient pas les mêmes goûts en matière de vin. Cette dernière étude vient conforter les
résultats d'une précédente qui montrait que le plaisir ressenti à la dégustation par un
consommateur augmente si celui-ci est convaincu de boire un breuvage d'un prix élevé.

Source Réussir Vigne Juin 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier