Coopératives : La baisse de l'euro peut aider le secteur viticole

Le président de la Confédération des coopératives vinicoles de France (CCVF), Denis Verdier, juge que les revenus des viticulteurs pourraient s'améliorer lors de la prochaine campagne, à la faveur d'une baisse de l'euro et d'une diminution des stocks.

« Si on additionne l'euro et des stocks minorés (non reconstitués par les négociants, ndlr), on peut espérer qu'il y ait une hausse des revenus pour la campagne prochaine », a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec la presse. La chute de l'euro, passée en quelque mois de 1,3 à 1,2 dollar, devrait en effet soutenir les exportations et rendre plus compétitive la viticulture française.

Par ailleurs, le président des coopérateurs viticoles rappelle que la filière sort de trois années de faibles récoltes qui n'ont pas pour autant entraîné une remontée des cours, s'inquiétant d'une « forme de découragement » dans les vignobles.

Contre l'OCM vin


La CCVF s'est également emportée contre l'OCM (organisation commune de marché) mise en place par Bruxelles il y a un an et demi et qui vise à réformer le secteur viticole dans l'Union européenne. Cette réforme a des conséquences catastrophiques pour la viticulture française, juge M. Verdier : « elle supprime de nombreuses aides et manque son objectif de permettre aux entreprises du secteur de se développer ».

La CCVF va proposer lors de son congrès du 6 au 8 juillet une action commune avec des Espagnols et des Italiens pour dénoncer cette réforme. La Confédération veut également réfléchir à la répartition des aides au sein de l'agriculture française et chercher des fonds supplémentaires ailleurs dans le budget européen et du côté des régions françaises.

La CCVF fédère 744 caves coopératives, représentant plus de 40% des surfaces et des quantités vinifiées en France pour un chiffre d'affaires de 4,8 milliards d'euros en 2008.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier