Des recherches menées aux Etats-Unis pour améliorer la qualité du raisin en forçant la vigne

Claudine Galbrun - Réussir Vigne Octobre 2012

Des recherches menées aux Etats-Unis pour améliorer la qualité du raisin en forçant la vigne
Sanliang Gu, professeur de viticulture à l’université de Fresno en Californie. “ En plus d’améliorer la qualité du raisin dans les régions chaudes, le forçage pourrait être également une solution pour s’adapter au réchauffement climatique. ” DR

Selon des chercheurs de l’université de Fresno en Californie, le fait de décaler, dans les régions chaudes, la maturité de la vigne en la forçant, durant les mois les plus frais de la période de végétation, améliorerait la qualité du raisin.
Le raisin mûrit traditionnellement à Fresno en juillet-août, lorsque les températures moyennes journalières varient de 19 à 37°. En octobre, ces mêmes températures oscillent entre 12 et 27. Sachant que de fortes températures peuvent nuire à la qualité du raisin en diminuant les taux d’acidité, de tanins et de composés phénoliques. Avec la technique de forçage, la récolte s’étale ainsi de septembre à novembre, durant les mois les plus frais. “ La période allant de la floraison à la véraison est alors plus courte, se déroulant durant les mois les plus chauds. Le plus important étant que la période de maturation soit plus longue. De la véraison aux vendanges, la vigne bénéficie de températures plus fraîches ”, explique Sanliang Gu, professeur de viticulture à l’université de Fresno en Californie. Le forçage, qui doit se faire idéalement en juin, selon les différents essais menés par Sanliang Gu, consiste à couper les pousses primaires à six nœuds et à éliminer toutes les grappes et les feuilles pour laisser la vigne quasiment à nu, l’obligeant ainsi à démarrer un nouveau cycle de production qui n’aurait dû intervenir normalement que l’année suivante.

Des baies plus petites, avec un pH plus bas

D’un point de vue qualitatif, les raisins issus de vignes forcées présentent des baies plus petites, avec un pH plus bas mais un plus fort taux d’acidité et d’acide malique et davantage de composés phénoliques et d’anthocyanes que les raisins provenant de vignes conduites normalement. Les volumes récoltés sur vignes forcées sont plus faibles, variant de 6 à 6,5 tonnes par acre (1 acre = 0,4 ha) contre 7,5 tonnes par acre sur vignes “ normales ”. Sanliang Gu estime que le cabernet sauvignon est un cépage parfaitement adapté à cette technique mais il devrait conduire d’autres essais de forçage sur chardonnay, sauvignon blanc, zinfandel et pinot noir. Selon lui, le forçage pourrait présenter d’autres avantages comme d’offrir la possibilité de planter de la vigne dans des régions considérées aujourd’hui comme trop chaudes, de s’adapter au changement climatique, de relancer la production alors que les bourgeons primaires ont subi un gel de printemps et enfin de faciliter le travail des chercheurs en sélection végétale en leur donnant la possibilité de synchroniser les périodes de développement de différents cépages.
  

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier