Expérimentation : Bordeaux veut revisiter son encépagement

Claudine Galbrun

Le syndicat des AOC bordeaux et bordeaux supérieur souhaite pouvoir tester de nouveaux cépages en vue d'améliorer la qualité et la complexité de ses vins.

Une demande a été faite auprès des services de l'Inao afin de mettre en place des protocoles d'expérimentation grandeur nature de nouveaux cépages dans l'aire d'AOC bordeaux et bordeaux supérieur. Huit cépages au total sont concernés : la syrah, l'arinarnoa, le marselan et le zinfandel pour les rouges ; le liliorina, le chardonnay, le petit manseng pour les blancs et le chenin blanc qui serait réservé aux crémants. Le dossier pourrait évoluer rapidement, le syndicat espérant pouvoir réaliser ces plantations dès cette année.
“ Il ne s'agit pas de modifier le potentiel de production des AOC bordeaux. Ces nouveaux cépages resteront accessoires mais ils pourraient contribuer à améliorer la qualité de nos vins ”, souligne Véronique Barthe, chargée du dossier au syndicat. “ En bordeaux blanc, par exemple, nous avons des cépages accessoires tel l'ugni blanc ou le colombard qui peuvent représenter jusqu'à 30 % des assemblages et qui ne sont pas forcément intéressants. ” Le chardonnay et la syrah présentent l'avantage d'être reconnus dans le monde entier.

La sirah et le chardonnay, cépages reconnus internationalement, vont être testés dans l'aire AOC Bordeaux. (DR)

La sirah et le chardonnay, cépages reconnus internationalement, vont être testés dans l'aire AOC Bordeaux. (DR)

Demande croissante pour le zinfandel

Quant au zinfandel, celui-ci pourrait s'inscrire dans une démarche plus marketing, la demande pour celui-ci étant croissante. Les interrogations relatives au réchauffement climatique ont été prises en compte dans cette réflexion même si elles n'en constituent pas le fondement. Ces expérimentations seront menées chez des vignerons avec un maximum de huit sites par cépage.

Source Réussir Vigne Février 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier