Gironde: les pesticides classés dangereux ont été réduits de moitié en trois ans (CIVB)

AFP

Gironde: les pesticides classés dangereux ont été réduits de moitié en trois ans (CIVB)

Le département de Gironde, l'un des premiers consommateurs de pesticides en France destinés à la viticulture, a réduit de moitié son utilisation de produits classés CMR (cancérogènes, mutagènes et repro-toxiques) en trois ans, selon des données fournies mardi par le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB).

Les ventes de produits phytosanitaires de synthèse CMR, destinés à lutter contre les deux principaux ennemis de la vigne, l'oïdium et le mildiou, sont tombées "aux alentours de 850 tonnes" en Gironde en 2016 alors qu'elles se situaient "à quelque 1.800 tonnes en 2014", soit "un recul de 55% en trois ans", a indiqué le président du CIVB, Allan Sichel, à l'AFP en marge d'une conférence de presse à Paris. "Notre ambition est de les éliminer totalement, ainsi que tout ce qui peut constituer une prise de risque pour la santé" des 6.100 viticulteurs que compte le CIVB, a ajouté M. Sichel.

Au cours de la conférence de presse, M. Sichel a aussi précisé que les ventes d'herbicides avaient reculé de 35% sur les mêmes trois années en Gironde. A deux reprises et à deux ans d'intervalle, en 2016 et 2018, le vignoble français, en particulier celui de Bordeaux, a été mis en cause pour son recours massif aux pesticides, dans deux enquêtes successives réalisées par les émissions Cash Investigation et Cash Impact sur France 2.

Selon Cash Investigation, les quatre départements où les ventes de pesticides classés dangereux ou potentiellement dangereux étaient les plus importantes (+3.000 tonnes vendues par an depuis 2008) étaient la Gironde, l'Aube, la Marne, et la Loire Atlantique, toutes des régions viticoles. Et selon des données du ministère de l'Agriculture obtenus par l'émission Cash Impact, diffusée le 27 février, 68.000 tonnes de pesticides ont été vendues en 2016 en France au total. Et entre 2009 et 2016, les ventes ont augmenté de 6% en France, selon la même source.

Sur le même sujet

Commentaires 2

Marabel

Adada tu te trompe de cible les viticulteurs n ont utilisé que des produits homologués et ce a toute epoque

adada

oui mais les pesticides qui ont decimé les populations girondine ils ont bien eté epandu au nom du pognon , est ce ceux qui ont fait ce tas de pognon vont payer? qui va expliquer aux habitants de ces regions que la proportion anormales de malformation genitale , chez les filles et chez les garcons notamment les micro penis chez les enfants de viticulteurs , est tout a fait normale ou tant pis pour eux

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires