Internet : Une progression de 17% en 2010 pour l'e-commerce mondial

Magali Sagnes - Vaucluse agricole

Le commerce en ligne connaît une croissance continue depuis dix ans, un segment de distribution qui a attiré l'attention de la Sopexa.

Le e-commerce affiche une croissance à deux chiffres depuis 2000, avec une prévision + 17% en 2010. En 2009, il représentait 128 000 millions d'euros (M€) aux USA, 51 290 M€ au Japon, 445 M€ au Royaume-Uni, 36 600 M€ en Chine, 33 400 M€ en Allemagne. Ce boom du e-commerce profite au vin, notamment parce que les pays qui connaissent une forte croissance du commerce virtuel, sont aussi de grands consommateurs de vin. Le Royaume-Uni est ainsi le premier marché du vin sur internet (445 M€ en 2009).

“La réflexion y est la plus aboutie sur la fidélisation des consommateurs, et l'offre la plus complète ”, explique François Collache, directeur vin à la Sopexa. Ce marché a bénéficié du moteur de croissance de la GMS anglaise (Tesco, Waitrose, Mark & Spencer) qui a fait son apparition sur le web dès 1995. “ Tesco possède une société qui gère un fichier clients, afin de leur envoyer des offres spécifiques ”, précise François Collache.

10 % des ventes de vins sur internet

Le deuxième marché du vin sur internet est les USA (300-400 M€). Le développement de wine search engines (moteur de recherche sur le vin) et de wine social networks (réseaux sociaux dédiés au vin) est y remarquable. Au Japon, le marché est estimé à 125 M€, avec une très faible concentration de la distribution (400 chaînes). On observe le développement surtout de shopping mall online (centre commercial en ligne).

L'Allemagne, avec un marché du vin sur le net estimé à 50 millions d'euros, n'est pas un marché à négliger, mais est très en retard en e-commerce. “ Il devrait démarrer grâce à des cavistes qui sont en train de développer des sites ”, commente François Collache. Pour l'instant, moins de 10 % des ventes de vin se font en ligne, ce qui reste peu. Mais “ il est considéré par 40 % des opérateurs comme une des trois principales opportunités de développement, et en priorité aux USA, au Danemark, en Grande-Bretagne et en Allemagne ”, conclut François Collache.

Source Réussir Vigne Janvier 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier