La production mondiale de vin prévue en hausse, la consommation mondiale se maintient

Laure-Anne Théréné

Production et consommation mondiale de vin

La production mondiale de vin est estimée en hausse de 2% en 2015, à 275,7 millions d'hectolitres (Mhl), l'Italie redevenant le premier pays producteur devant la France et l'Espagne, a annoncé mercredi l'Organisation internationale du vin (OIV).

Après le cru record de 2013 et le contrecoup de 2014, "la production mondiale de vin en 2015 se situe dans une bonne moyenne", indique l'OIV dans un communiqué, précisant que son estimation se situe dans une fourchette comprise entre 270,7 et 280,7 Mhl car plusieurs pays n'ont pas encore transmis leurs propres prévisions, dont la Chine et la Russie, respectivement 8e et 12e producteurs mondiaux.

Sur le podium, l'Italie, doublée par la France l'an dernier, est en passe de récupérer la première place, avec 48,9 Mhl (+10%), contre 47,4 millions pour la France (+1%), loin devant les 36,6 millions de l'Espagne (-4%).Derrière, les Etats-Unis confortent leur quatrième place avec 22,1 Mhl, tandis que l'Argentine enregistre un repli de 12% à 13,3 millions, quand le Chili "établit un nouveau record" avec 12,8 millions (+23%).Dans l'hémisphère sud, les volumes sont stables en Australie (12 Mhl) et en Afrique du Sud (11,3 Mhl), mais chutent de 27% en Nouvelle-Zélande (2,3 Mhl), retrouvant leur niveaux habituels après un cru 2014 exceptionnellement abondant.

En Europe les prévisions sont en hausse pour le Portugal (+8%), la Roumanie (+9%), la Hongrie (+12%) et l'Autriche (+18%), seules l'Allemagne (-4%) et la Grèce (-9%) subissant une baisse de leurs productions.

Évolution de la consommation mondiale : un maintien, voire même une légère hausse

A cette période de l'année, on ne dispose pas encore des chiffres définitifs de la consommation de vin, que l'on estime toutefois dans une fourchette de 235,7 à 240,8 Mhl. 

Depuis 2009, on observe un maintien, voire même une légère hausse de la consommation qui s'explique par l'arrivée de nouveaux pays consommateur comme certains pays de l'Afrique de l'Est (Mozambique, Angola, Tanzanie). La hausse de la consommation de vin en Chine (due à l'élévation du niveau de vie) ainsi qu'aux États-Unis sont aussi des facteurs venant confirmer cette tendance. 

Par ailleurs, le phénomène de "rapprochement des modes de consommation" (occasionnel, plaisir, montée en gamme) est observé dans de nombreux pays traditionnellement consommateurs de vin et vient contrebalancer cette hausse de la consommation mondiale. 

Une autre tendance se confirme, la poursuite de l'internationalisation des marchés. En 2000, 27% des vins consommés ont passé une frontière, en 2014 cette proportion est de 43%.2 bouteilles consommées sur 5 ne sont pas produites dans le pays de consommation. 

Comme l'an dernier, "l'équilibre du marché est assuré" et "la production permettra de couvrir la consommation et des besoins de vins pour les usages industriels", comme le brandy, le vinaigre et le vermouth, ajoute l'OIV.

Source Avec AFP, OIV

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier