Le muscadet veut professionnaliser la vente directe

Claudine Galbrun - Réussir Vigne Mars 2013

Le muscadet veut professionnaliser  la vente directe
Le pays nantais est traditionnellement très attaché au négoce. La vente directe ne représentant que 40 % des volumes. © www.muscadet-grosplant.fr

La chambre d’agriculture de Loire-Atlantique a mis en place un plan de professionnalisation de la vente directe de vin avec l’objectif, certes de développer cette forme de commercialisation mais surtout de mieux la valoriser.

C e plan de professionnalisation propose différents outils visant à aider les vignerons à développer leurs ventes directes en direction des particuliers, des professionnels (cavistes, restaurateurs) et à l’export. “ Le pays nantais est traditionnellement très attaché au négoce. La vente directe ne représentant que 40 % des volumes ”, indique Sylvaine Bidet (1), chargée de mission à la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique et recrutée en avril dernier pour mettre en place ce plan de professionnalisation. Ce dernier a été élaboré en partenariat avec la CCI, Inter Loire, le SDAOC muscadet et le syndicat départemental des VIF (Vignerons indépendants de France). Afin de proposer les outils les plus adaptés aux besoins et aux attentes des vignerons, Sylvaine Bidet a d’abord mené un travail d’enquête sur le terrain basé sur des entretiens. “ Ce qui me permet aujourd’hui de proposer des formations sur des modules très courts et sur des thèmes tels que comment être plus performant auprès de ses clients, mieux vendre à la cave, comment développer ses ventes auprès des professionnels.

Certaines de ces formations se poursuivent par une journée sur le terrain. Une formation sur deux jours concernant les techniques de vente sera également proposée ainsi que deux formations axées sur l’export dont un stage de trois jours comprenant une journée tout en anglais. ” Pour ne pas grignoter de trop sur l’emploi du temps des vignerons, Sylvaine Bidet a également mis en place des matinales, au rythme d’une par mois, d’une durée d’une heure 30 qui aborde des thèmes comme le marché des vins de Loire, la restauration et les bars à vin, l’œnotourisme…

Des formations quasiment gratuites

Du conseil individualisé axé sur l’activité commerciale est également possible. Des visites sur différents salons dont Vinexpo sont aussi prévues ainsi que des ateliers de dégustation. “ Ce plan est en phase de démarrage, mais semble plutôt intéresser les vignerons. ” Il est à noter que ce plan bénéficie du soutien financier de la Région et des pouvoirs publics et que les formations sont prises en charge par Vivea, soit en partie soit à 100 %. “ Ce qui fait, que pour le moment en tout cas, les formations sont quasiment gratuites. ”

(1) Pour en savoir plus : sylvaine.bidet@loire-atlantique.chambagri.fr

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier