Les exportations des Bordeaux toujours au plus haut

   Les exportations des Bordeaux toujours au plus haut

Les exportations des vins de Bordeaux ont progressé de 1% en volume sur un an à fin juillet tandis que le marché en valeur a baissé de 3%, notamment en raison du tassement du marché chinois.

De fin juillet 2012 à fin juillet 2013, 2,36 millions d'hectolitres de vins de Bordeaux ont été exportés (+1%), soit 314 millions de bouteilles. Cette quasi-stabilité des volumes s'accompagne d'un léger retrait du marché en valeur à 2,21 milliards d'euros (-3%). Sur un an à fin juillet 2012, 2,33 millions d'hectolitres avaient été exportés (soit +17% par rapport à 2011) pour un chiffre d'affaires de 2,29 milliards d'euros (+28%).

"Il s'agit d'un niveau proche de 2012, des chiffres jamais atteints dans l'histoire de Bordeaux", a souligné le président du Comité interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), Bernard Farges, estimant que "l'export est plus que jamais le moteur de croissance" du vignoble bordelais.

Les marchés les plus notablement en baisse en valeur sont Hong Kong (-22%) et la Chine (-8%), respectivement deuxième (324 millions d'euros) et troisième (230 millions) marchés du Bordeaux à l'export. En volume, la Chine reste la première destination export des vins de Bordeaux, stable à 525.000 hectolitres.

"En Chine, les choses sont en train de se stabiliser. Nous n'avons plus les pentes exponentielles de croissance en volume et en valeur que nous avions il y a quelques années", a indiqué Allan Sichel, vice-président du CIVB.  "Le marché chinois est en train de se structurer au niveau de la distribution et des habitudes de consommation", a-t-il ajouté, estimant qu'"il ne serait pas souhaitable qu'en termes de volume, nous soyons davantage dépendants de la Chine que nous ne le sommes aujourd'hui".

Cette baisse du marché chinois est compensée par des progressions en volume de +15% (182.000 hectolitres) et en valeur de +4% (214 millions d'euros) des États-Unis, ou de +10% en volume (186.000 hectolitres) et +4% en valeur (127 millions) du Japon.

Le CIVB a surtout souligné "une baisse de consommation en France", avec -2% en volume à 1,44 million d'hectolitres, l'équivalent de 192 millions de bouteilles, pour un chiffre d'affaires de 912 millions d'euros, soit -1%. En Europe hors France, "la crise a un impact sur la consommation du vin", a noté M. Sichel, commentant la stabilisation en volume à 1 million d'hectolitres et la baisse de 5% en valeur à 830 millions d'euros.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier