Maladie du bois: 15% du vignoble touché

Sophie Caron

Maladie du bois: 15% du vignoble touché
Symptômes d'esca sur vigne (INRA)

Stéphane Le Foll lance une mission pour mieux coordonner les actions de recherche et de lutte contre les maladies de la vigne et du bois. D’après un rapport parlementaire, 15% des surfaces en France sont touchées par ces maladies, soit un manque à gagner d’un milliard d’euros.

Stéphane Le Foll a mis en place aujourd’hui une mission visant à dresser un état des lieux des financements publics et privés des programmes de recherche et de lutte contre les maladies de la vigne et du bois. Son objectif : formuler des propositions d’amélioration de la coordination de ces travaux, à l’échelle nationale et européenne pour lutter contre ce fléau.

Le 27 octobre dernier, deux députés (Charente-Maritime et Jura) ont présenté au ministre leur rapport d’information sur les maladies de la vigne et du bois. Les parlementaires ont fait état à cette occasion de la situation préoccupante que connait actuellement le vignoble français, avec près de 15 % des surfaces touchées par ces maladies (esca, eutypiose, dépérissement…), soit un manque à gagner estimé à un milliard d’euros.

Cette mission sera conduite par Claude Mailleau et Robert Tessier, tous deux membres du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER).

« Il est essentiel de mieux comprendre les mécanismes à l’œuvre de ces maladies pour trouver des alternatives aux traitements à l’arsénite de soude, substance interdite depuis 2001 » précise le ministre.

Le 21 octobre dernier, lors du Conseil spécialisé « Vins » de FranceAgriMer les professionnels de la filière viticole ont voté une motion demandant que la lutte contre le dépérissement du vignoble soit déclarée « cause nationale » et que « tous les moyens publics et privés convergent pour trouver des solutions à ce fléau qui touche le vignoble français.»

 Lire aussi : Pas de solution miracle contre les maladies du bois

 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier