Marketing : Quand l'animal fait vendre

Claudine Galbrun

Si vous aimez les gallinacés, vous adorerez ce vin rosé arborant sur son étiquette un coq
de fière allure. Mais si vous avez un faible pour les ours, sans aucun doute, il vous faut
goûter un vin de Bear Pond Wines, dont le logo est une patte d'ours. Telle est bien l'idée
développée par Critterwines, une société américaine basée en Californie, qui propose aux
consommateurs amoureux des bêtes de trouver sur l'étiquette de la bouteille de vin le
dessin de leur animal favori. Un site internet est à leur disposition. Il suffit de sélectionner la
bestiole de son choix (de l'antilope au caméléon, du coyote au crabe, en passant par le
porc-épic, la libellule, la langouste ou l'ornithorynque) et aussitôt s'affiche le nom d'un
domaine dont les étiquettes des bouteilles s'orneront de l'animal en question.
Selon Critterwines, l'utilisation d'un animal en guise de logo assure une bonne visibilité du vin
sur les rayons.


Une stratégie basée sur l'identité

Il est vrai qu'au cours des trois dernières années, AC Nielsen, société de marketing, a
constaté qu'une marque de vins sur cinq nouvellement lancée utilisait un animal en guise de
repère pour le consommateur. Et voilà qu'une étude publiée dans The Journal of Consumer
Research, en avril, explique pourquoi ce choix est le bon, contrairement à ce que la
sagesse commune recommanderait à savoir un logo directement en relation avec la nature
du produit. Les recherches menées et relatées dans ce journal montrent en effet qu'il est
commercialement intéressant d'opter pour un identifiant dans lequel le consommateur est
prêt à se reconnaître ou se sent en accord avec lui.

Critterwines, société américaine basée en Californie, propose aux amoureux des bêtes de trouver l'étiquette de vin avec leur animal.

Critterwines, société américaine basée en Californie, propose aux amoureux des bêtes de trouver l'étiquette de vin avec leur animal.

 

Source Réussir Vigne Mai 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier