Marketing : Un quart des Américains “ effrayés ” par le vin

Claudine Galbrun

Bien que la consommation de vin aux États-Unis ne cesse de croître, encore 23 % des consommateurs se disent “ effrayés ” par le vin, selon les résultats de la seconde phase de l'étude Project Génome, lancée par Constellation.

L'émergence d'une “ wine culture ” aux États-Unis ne doit pas masquer que près d'un quart
des consommateurs de vin se disent effrayés par le vin. Ces consommateurs qui aiment le
vin ne savent comment s'y prendre pour choisir un vin, sont impressionnés par le nombre
de bouteilles disponibles en rayon, ne connaissent pas de labels, et regrettent souvent
l'absence d'information facilement compréhensible. Tels sont les résultats qui se détachent
de la seconde phase de l'étude Project Génome sur les tendances de consommation initiée
en 2005 par le géant du vin Constellation. Cette étude a d'abord porté sur 3500
consommateurs de vins aux États-Unis et avait abouti à répertorier six catégories de
consommateurs (les enthousiastes, les traditionalistes, les chercheurs d'image, les
chasseurs de prix, les dégustateurs satisfaits et les effrayés).

L'étude, lancée par Constellation, montre qu'il reste encore un chemin à parcourir sur la voie de la simplification du vin auprès du consommateur américain. (P. Cronenberger)

L'étude, lancée par Constellation, montre qu'il reste encore un chemin à parcourir sur la voie de la simplification du vin auprès du consommateur américain. (P. Cronenberger)

Erreur sur la communication

La seconde phase de l'étude s'est attachée à décrypter les achats de 10 000
consommateurs de vin premium (plus de 5 dollars) au cours des dix-huit derniers mois afin
d'affiner encore les connaissances relatives à ces différents segments de consommateurs.
Selon Constellation, le fait que les “ effrayés ” constituent la plus importante catégorie
signifie que la filière n'a pas bien fait son travail et n'a pas su communiquer auprès de ces
consommateurs afin de leur simplifier l'acte d'achat. Et Constellation d'affirmer que ces “
effrayés ” constituent pour la filière une opportunité unique. En effet, si ceux-ci achetaient
six bouteilles de vin supplémentaires par an, la filière américaine engrangerait 245 millions
de dollars en plus. Alléchant !

Source Réussir Vigne Mai 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier