nologie/Prospective : Choisir les intrants selon leur empreinte carbone

Magali-Eve Koralewski

Un groupe de travail national, engageant l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie et l'Institut français de la vigne et du vin, planche sur la mise en place d'une base de donnée répertoriant l'impact environnemental des activités de la filière viticole.

“Ce projet en est à ses prémices. L'idée est d'obtenir des données à l'échelle nationale, auprès de chaque acteur de la filière, sur le cycle de vie des produits ou procédés utilisés”, explique Arnaud Descotes, responsable environnement au Comité interprofessionnel du vin de Champagne, qui participe aussi au projet. L'empreinte carbone d'un produit oenologique ou d'un service par exemple, pourrait, selon Arnaud Descotes, devenir un critère supplémentaire de sélection. “ Mais ce type de données nécessite un travail de longue haleine et peu de fournisseurs sont à ce jour en mesure de les livrer. ”

Pour choisir un produit oenologique, l'analyse du cycle de vie de ce produit pourrait devenir un critère de choix supplémentaire. (P. Cronenberger)

Pour choisir un produit oenologique, l'analyse du cycle de vie de ce produit pourrait devenir un critère de choix supplémentaire. (P. Cronenberger)

Des produits oenologiques peu impactants

Le groupe Sofralab par exemple, sélectionne ses fournisseurs selon leur mode de fonctionnement. “ Pour les gommes de cellulose qui sont extraites du bois, notre partenaire gère de façon durable sa forêt. D'autres démarches sont également menées au sein du groupe comme réduire l'impact lié aux transports de marchandises par exemple. Mais il reste beaucoup à faire.

Et cela demande du temps, notamment en ce qui concerne l'analyse de cycle de vie des produits oenologique que nous proposons ”, constate Françoise Roure, responsable communication chez Sofralab. D'autant que dans la chaîne d'élaboration d'un vin, le poids des produits oenologiques reste très faible. “ Les produits oenologiques sont peu impactants ramenés à l'ensemble de la production. Mais en termes environnemental, c'est la somme des actions vertueuses qui finissent par donner des résultats ”, relève Arnaud Descotes.


Source Réussir Vigne Décembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier