Photographie : Bordeaux sous l'oeil d'Anaka

Marion Ivaldi

La jeune femme met son talent au service du vignoble bordelais.

Il y a quatre ans de cela, Anaka pose ses valises à Bordeaux. Et se tourne vers le vin, car “
c'est une évidence ici ”. Ses photographies se sont ainsi petit à petit glissées dans le monde
du vin bordelais. Elle réalise différents travaux photographiques pour des domaines en
collaboration avec des studios de graphisme, devient la photographe des couvertures de
l'Union Girondine, le journal de l'interprofession bordelaise. Ses photographies sont
accrochées aux murs du bar du BIVB, puis à ceux du nouveau musée du vin et du négoce.
Mais par quoi cette jeune femme au regard doux a-t-elle été attirée dans les rangs de vigne
? “ Le vin est un produit noble, simple, naturel et culturel. C'est ce mélange de naturalité,
d'histoire et de tradition qui me fascine ”, explique-t-elle. C'est aussi le défi technique qui
l'intéresse. “ La vigne n'est pas facile à prendre en photo. Il faut savoir poser son regard et
trouver les reliefs intéressants. Dans les chais, il y a tout un travail de construction autour
des formes et des lignes tracées par les barriques. La lumière y est particulière et peut
amener un côté sensuel aux cuves ”, poursuit-elle.



Anaka travaille indifféremment en noir et blanc et en couleur. “ J'aime les deux ”, explique celle
qui a fait ses armes dans une agence parisienne de photographie. Elle a eu ainsi l'occasion de
photographier quelques têtes célèbres comme Nora Jones. Ses photographies ont été
publiées dans des magazines comme Elle, Télérama ou encore Rolling Stone France.

Source Réussir Vigne Octobre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier