Qualification automatique : Déterminer la qualité du vin lors du tri de la vendange

Magali-Eve Koralewski

Estimer la qualité du vin à la réception des baies : tel est l'objectif que s'est fixé le projet de recherche Vinnotec(1) en augmentant les fonctionnalités de l'appareil Qualiris Réception.

Qualiris Réception, commercialisé depuis 2006 par l'entreprise Sodimel, est un outil qui permet d'orienter la vendange à partir de l'analyse d'images numériques prises au poste avancé ou au conquêt de réception. “ Actuellement, la qualification automatique de la vendange par Qualiris Réception porte sur l'analyse des raisins, soit le pourcentage de baies non mûres, de couleur verte ou rose pour le grenache par exemple et de baies mûres, de couleur bleue et sur la propreté de la vendange, à savoir le pourcentage de corps étrangers dans l'image. L'idée est de développer un nouveau module qui permette de relier la photo à une qualité de vin ”, explique Sylvie Roussel, dirigeante d'Ondalys.

Qualiris réception permet d'orienter dans des cuves différentes la vendange par l'analyse d'images numériques qui déterminent notamment le pourcentage de baies mûres et non mûres. (DR)

Qualiris réception permet d'orienter dans des cuves différentes la vendange par l'analyse d'images numériques qui déterminent notamment le pourcentage de baies mûres et non mûres. (DR)

Des essais en Vallée du Rhône

Pour ce faire, Inter Rhône, partenaire du projet, réalise des vinifications standardisées à partir des vendanges prises en photo. Chaque photo de vendange correspond à une cuve distincte. Les vins sont ensuite dégustés par des professionnels et classés en différentes catégories de la plus qualitative à la moins qualitative. “ Nous réalisons des photos sur différents cépages de la Vallée du Rhône et différents niveaux de maturité. L'objectif est de déterminer à quelle qualité de vin correspond la photo. À l'issue de ce projet, nous espérons améliorer le paramétrage de l'appareil et ajouter de nouveaux critères d'évaluation de la qualité, pour orienter plus finement la vendange vers des cuves différentes et adapter des schémas de vinification en fonction de cette notation ”, indique Sophie Vialis, oenologue chargée d'étude à Inter Rhône. Autre paramètre qui pourrait également être développé : l'aspect sanitaire de la vendange. “ On peut déjà détecter certaines altérations des baies mais ce serait intéressant de pouvoir détecter finement certaines maladies comme l'oïdium ”, note Michel Philippe, directeur général de Sodimel. Pour l'heure, l'entreprise s'attelle à paramétrer la qualification d'un cépage plus complexe en terme de couleur : le Pinot gris.

(1) Ce projet, monté dans le cadre du Pôle de Compétitivité Q@li-MEDiterrannée, regroupe treize partenaires publics et privés. Pour plus d'info : https : //vinnotec.cemagref.fr/

Source Réussir Vigne Octobre 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier