Recherche aux Etats-Unis : Un cépage OGM résistant à un herbicide

Claudine Galbrun

L'université de l'Illinois a créé un cépage OGM résistant à l'herbicide sélectif 2,4-D, cépage baptisé Improved Chancellor. Cet herbicide, qui était un des éléments constitutifs de l'agent Orange, tristement célèbre pour son utilisation lors de la guerre du Vietnam, introduit dans les années 60 en agriculture, est encore aujourd'hui, le troisième herbicide le plus utilisé aux États-Unis sur céréales. Sauf qu'un centième du volume de cet herbicide couramment appliqué sur céréales suffit à détruire les vignes, particulièrement sensibles à cet herbicide. Selon les vignerons de l'Illinois, soutenus par ceux de tous les États du Middle West où le 2,4-D est largement utilisé, l'usage de cet herbicide sur céréales a causé des “ dizaines de milliers de dollars de pertes ” pour la filière viticole, sans compter le temps et les efforts nécessaires pour trouver l'agriculteur responsable de ces pulvérisations intempestives et de prouver auprès de la justice le dommage subi. “ Un tel cépage résistant serait un cadeau fait à notre filière. ”

L'obtention d'un cépage résistant à l'herbicide 2,4-D pourrait permettre de maintenir une viticulture dans les Etats du Middle Ouest où cet herbicide est couramment utilisé en culture céréalière. (DR)

L'obtention d'un cépage résistant à l'herbicide 2,4-D pourrait permettre de maintenir une viticulture dans les Etats du Middle Ouest où cet herbicide est couramment utilisé en culture céréalière. (DR)

Début de la production d'ici cinq ans

Selon Robert Skirvin, chercheur à l'université de l'Illinois, le gène de résistance au 2,4-D introduit dans l'Improved Chancellor est celui d'une bactérie capable de le métaboliser. Il reste encore à stabiliser l'obtention de ces cépages résistants. L'équipe de chercheurs américains espère que d'ici cinq ans, il pourra être produit du vin à partir de l'Improved Chancellor. Jusqu'à présent, ce cépage n'a fait l'objet de tests qu'en zone confinée. Il pourrait être testé en plein champ début 2009. Car il s'agit aussi de vérifier ce que devient le 2,4-D appliqué et s'assurer qu'il ne se transforme pas en composé dangereux pour la santé du consommateur dans la baie.

Source Réussir Vigne Décembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier