Rosé : Les viticulteurs s'opposent au mélange du blanc et du rouge

SC

Xavier de Volontat, président de l'AGPV*, a adressé un courrier à Michel Barnier afin de lui faire part de l'opposition de la production viticole à une éventuelle pratique du coupage entre vin blanc et rouge pour obtenir du rosé.

Dans l'état actuel de la réforme, cette pratique serait autorisée par le nouvel OCM Vin et le projet de règlement sur les pratiques oenologiques. «D'un point de vue qualitatif, la faculté de fabriquer des vins rosés à partir d'un mélange de vin blanc et de vin rouge serait une aberration tant en terme d'évolution des techniques d'élaboration, qu'en terme d'impact sur les consommateurs », précise les Vignerons indépendants dans leur e-lettre.

Ils estiment que cette technique mettrait à mal les efforts engagés par les régions spécialisées dans l'élaboration de rosé, afin que les consommateurs les apprécient pour leurs méthodes de vinification. « Aujourd'hui, leur valeur gustative est avérée et la demande soutient indiscutablement cette offre qualitative. Aussi, il est impératif que les vins rosés demeurent issus de vinifications traditionnelles » expliquent-ils.

D'un point de vue économique, cette pratique serait également une erreur. Les récoltes de vins blancs présentant des coûts de production supérieurs, il ne serait pas cohérent pour la production les utiliser pour fabriquer du rosé, d'autant que la production de vins blancs est plus faible que celle des vins rouges.

« En outre, il serait catastrophique de pouvoir proposer des vins rosés tout au long de l'année, alors même que la rencontre entre l'offre des vins rosés et la demande des consommateurs est principalement basée sur cette saisonnalité spécifique » estime les Vignerons indépendants.

* Association réunissant les Vignerons Indépendants de France, la CCVF, la CNAOC et la CFVDP.

Source Vignerons Indépendants

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier